Nuits de la lecture 2021.

Portrait de Napoléon
Événement exceptionnel
Relire le monde avec les soldats de Napoléon Ier.
Du 21 au 24 janvier 2021

 

La bibliothèque du Service historique de la Défense participe pour la première fois aux Nuits de la lecture, organisées par le ministère de la Culture.

A l’occasion des célébrations du bicentenaire de la mort de Napoléon Ier, le SHD vous invite à écouter chaque jour, du jeudi 21 au dimanche 24 janvier, des lectures de témoignages, mémoires ou lettres de soldats de la Grande Armée.

Confrontés à la découverte du monde, lors de quatre campagnes emblématiques du Consulta et de l’Empire, ils laissent des témoignages tantôt descriptifs, tantôt poétiques, et parfois touchants, de leur expérience du lointain.

 

pour aller plus loin...quelques références bibliographiques

 

BACLER d’ALBE  Le passage du Pô sous Plaisance, le 7 mai 1796
BACLER d’ALBE (général), Le passage du Pô sous Plaisance, le 7 mai 1796, aquarelle rehaussée de gouache, 1798 (44,4 x 66,5 cm) SHD/GR, 7 M B 161 - BACLER d’ALBE (général), Le passage du Pô sous Plaisance, le 7 mai 1796, aquarelle rehaussée de gouache, 1798 (44,4 x 66,5 cm) SHD/GR, 7 M B 161

 

Relire...la campagne d'Italie (1796-1797 et 1799-1800)

Bonaparte mène deux campagnes successives en Italie: la première en 1796-1797 contre les Autrichiens et le royaume de Sardaigne, et la seconde en 1799-1800 contre la deuxième coalition, comprenant en plus des précédents, la Russie. Avec ces deux campagnes successives, Bonaparte prend peu à peu le contrôle d’une partie de l’Italie. Très médiatisée, la campagne d’Italie participe de la construction de l’image d’un empereur en devenir, porteur des idéaux révolutionnaires et créateurs de républiques. De même, la traversée des Alpes, immortalisée par David dans son Bonaparte franchissant le Grand-Saint-Bernard, contribue à la légende militaire de Napoléon.

 

REINHARD Marcel, Avec Bonaparte en Italie, d’après les lettres inédites de son aide de camp Joseph Sulkowski, Paris, Hachette, 1946. Extraits p. 133-135

DEMOULY Michel, TAURINES Patrick, Guillaume Alméras. Un Millavois, soldat d’Empire. 1803-1814, Millau, Association pour la promotion de l’histoire millavoise, 2013. Extraits p. 31-34

Découvrir le trésor 

 LEJEUNE (général), La bataille d’Aboukir, 25 juillet 1799, aquarelle rehaussée de gouache, XIXe siècle
Attribué à LEJEUNE (général), La bataille d’Aboukir, 25 juillet 1799, aquarelle rehaussée de gouache, XIXe siècle, (74 x 117 x 4 cm) SHD/GR, 7 M B 7

 

Relire...la campagne d'Egypte (1798-1801)

 

La campagne d'Egypte, menée en 1798 à 1801 par Bonaparte, a pour objectif de s'emparer de l'Orient afin de bloquer l'influence des britanniques, hostiles à la France révolutionnaire. A cette expédition militaire l'on joint une expédition scientifique, regroupant des historiens, des naturalistes, des artistes, qui vont contribuer, par leurs recherches, à la redécouverte d'une civilisation alors méconnue en Europe: l'Egypte des Pharaons. Ces scientifiques sont regroupés au sein de l'Institut d'Egypte, d'abord destiné à propgager les Lumières au fur et à mesure de leur progression. L'éloignement de l'Orient fait voyager les troupes sur mer, de Toulon à Alexandrie, en passant par Malte. L'expédition en Egypte se prolonge jusqu'en Syrie, où la bataille d'Aboukir (25 juillet 1799) signe la dernière victoire de l'armée française, obligée de se retirer en 1801. 

C'est désormais la science qui prend le pas et prolonge l'expédition d'Egypte: en 1802 paraissent les premiers travaux et dessins de la campagne, tandis que Napoléon orchestre la publication de la Description de l'Egypte de 1809 à 1821. L'armée de Bonaparte rapporte en France plusieurs objets majeurs, comme la pierre de Rosette, qui permet à Jean-François Champollion de commencer à déchiffrer les hiéroglyphes.

TARTARAS (capitaine), Vue et perspective de la Bataille de la Moskowa gagnée par Sa Majesté L'Empereur et Roi sur les Armées de l'Empereur de Russie prise sur le Champ de Bataille du 5 septembre 1812. Dédiée à Son Altesse Monseigneur le Duc de Feltre Mini
TARTARAS (capitaine), Vue et perspective de la Bataille de la Moskowa gagnée par Sa Majesté L'Empereur et Roi sur les Armées de l'Empereur de Russie prise sur le Champ de Bataille du 5 septembre 1812. Dédiée à Son Altesse Monseigneur le Duc de Feltre Mini

Relire...la campagne de Russie (1812)

 

En 1812, les relations entre l'Empire et la Russie sont tendues, le tsar ayant des prétentions à étendre son influence vers l'Occident, tandis que Napoléon Ier veut conserver le respect du blocus continental. Ce dernnier prépare ses troupes et rallie les armées de Prusse, de Bavière et d'Autriche, alors ses alliés. Ainsi s'ouvre la campagne de Russie, en juin 1812, qui sera l'une des plus meutrières et précipitera la chute de l'Empereur. Arrivées à Moscou, les troupes impériales incendient la ville; le silence de l'ennemi contraint Napoléon à battre en retraite par précaution. Commence une longue marche pour les armées impériales, souffrant de la faim, du froid et de maladies, qui connait son acmé lors du fameux passage de la Bérézina, dont le nom est passé à la postérité dans une expression populaire.

 

BOUDON Jacques-Olivier, Lettres de la Campagne de Russie, 1812, Paris, Pierre de Taillac, 2012. Extraits p. 158-159, 229, 232-233 et 253

Lecture mise en ligne le 23 janvier à 19h : JOURQUIN Jacques, Souvenirs du Mameluk Ali (Louis-Etienne Saint-Denis) sur la campagne de Russie en 1812, Paris, éditions SPM, 2012. Extraits p. 39-42

Découvrir le trésor

 

GOBAUT Gaspard d'après les dessins du général Lejeune, Capitulation d'Ulm, le 20 octobre 1805. L'armée autrichienne défile devant l'armée française et dépose les armes, aquarelle rehaussée de gouache, XIXe siècle
GOBAUT Gaspard d'après les dessins du général Lejeune, Capitulation d'Ulm, le 20 octobre 1805. L'armée autrichienne défile devant l'armée française et dépose les armes, aquarelle rehaussée de gouache, XIXe siècle, (63,6 x 111,8 cm) SHD/GR, 7 M B 234

 

Relire...la campagne d'Allemagne (1813)

Dès la fin de la campagne de Russie, Napoléon envoie au tsar des propositions de paix, que celui-ci refuse systématiquement. Dans un contexte tendu, l’Empereur se prépare à reprendre les armes. Les Etats allemands, dont la soumission à l’Empire de Napoléon reste fragile, rallient les uns après les autres les armées russes qui progressent en Prusse. Le repli de l’Empereur sur Leipzig, la bataille éponyme et la défaite qui s’ensuivit, marquent un tournant dans l’effondrement et le morcellement de l’Empire.

 

RILLIET Louis, Journal d’un sous-lieutenant de cuirassiers, 1810-1814, présenté par Olivier Lapray, Bernard Giovanangeli, 2013. Extraits p. 48-50

BOURACHOT Christophe (éd.), Baron Guillaume Peyrusse, En suivant Napoléon…Mémoires, 1809-1815, éditions AKFG, 2018. Extraits p. 28-29 et 32-33

 Découvrir le trésor

 

Dernière modification le 06/05/2021

 

Avec le soutien de la Fondation Napoléon

.

> Découvrez notre chaîne YouTube
Partager: Share