Les archives orales

Les archives orales, crées en 1974, constituent une source nouvelle et complémentaire pour les chercheurs.

Les archives orales : une source nouvelle et complémentaire pour l’historien

Constituées uniquement de documents écrits, les archives classiques ne conservent pas la trace systématique de l’ensemble des activités d’une époque. Outre les destructions éventuelles résultant de faits de guerre ou d’absence de politique de conservation, elles ne donnent généralement à voir qu’une partie du fonctionnement d’une institution ou d’une unité.

Postérieures aux événements qu’elles relatent, les archives orales permettent à l’historien de distinguer, en amont du processus décisionnel que les archives classiques ne font le plus souvent qu’entériner, le poids des relations interpersonnelles, la culture et les réflexes propres aux unités et organismes qui font la Défense. Archives « provoquées », parce qu’elles sont constituées d’entretiens réalisés auprès des acteurs d’un événement, d’une crise ou d’une époque, les sources orales valorisent la psychologie individuelle et collective, tout en apportant également des informations factuelles qui pallient l’absence de traces laissées par les ordres oraux.


Les archives orales ont ainsi vocation à compléter le travail de l’historien en lui fournissant une source complémentaire aux archives conservées sous forme de documents écrits.

Ces archives orales relèvent de la discipline de l’histoire orale, et ont trouvé une légitimité dans le monde de l’Université française dans les années 1970, en partie grâce aux travaux de Philippe Joutard, portant sur la transmission de la mémoire des camisards par une tradition orale de la communauté protestante cévenole. Leur intérêt principal est de pouvoir donner la parole aux « oubliés de l’histoire » (Ph. Joutard), c’est à dire les témoins d’une époque ou d’un événement dont l’expérience et les souvenirs ne sont pas, ou rarement, fixés dans un document écrit. Depuis les années 2000, les travaux de Florence Descamps permettent de préciser et approfondir la méthode de la pratique de l’enquête orale. 

 

La collecte de témoignages oraux au Service historique de la défense

La collecte de témoignages oraux au sein du ministère de la Défense a débuté au Service historique de l’armée de l’Air en 1974, à l’initiative de son chef, le général Christienne. 

Cet exemple a été suivi par les services historiques des autres armées et de la gendarmerie. Actuellement, la collecte, la conservation, le traitement et la communication des témoignages sont réalisés par la division des archives orales, du département des fonds d’archives (DFA). 

Les entretiens sont menés en s’appuyant sur des documents d’archives et sur les travaux de recherche les plus récents, afin de déboucher sur un récit de carrière. Les inventaires semi-analytiques, mis à la disposition des lecteurs, sont généralement assortis des états de service du témoin ainsi que d’un appareil critique, permettant d’opérer de nombreux recoupements parmi les témoignages.

 

Les axes de collecte

La collecte s’inscrit dans le cadre d’enquêtes thématiques correspondant à des axes de recherches validés par le chef du Service historique de la Défense. Par exemple, de 2005 à 2014, les enquêtes ont porté sur les services de renseignement français et sur les organes de décision politico-militaires depuis 1945.


Les fonds oraux déjà constitués embrassent des thèmes aussi variés que l’histoire et l’évolution de l’armée de l’Air, la France libre et la Résistance, la guerre d’Indochine, la guerre d’Algérie, le 13 Mai 1958, le putsch d’Alger, la constitution des forces stratégiques et les opérations extérieures… Jusqu’en 2005, chaque service historique d’armée avait ses propres axes de collecte ; ainsi la Marine nationale a travaillé sur deux thèmes :

- l’impact de la montée en puissance de la Force océanique stratégique et du nucléaire sur la Marine.

- les opérations extérieures de la Marine depuis la fin de la guerre d’Algérie jusqu’à la guerre du Kosovo.

 

Les fonds et leur communication

La collection de documents sonores du Service historique de la défense comprend environ  2500 témoignages (soit près de 6 000 heures d’enregistrement) recueillis par l’institution ou déposés par des chercheurs. La consultation, libre ou nécessitant la demande d’une dérogation, fait l’objet d’une convention passée entre le témoin et le ministère des Armées (article L. 213-6 du Code du patrimoine).

Dernière modification le 17/10/2019

Aides à la Recherche

Partager: