La guerre de Succession d’Espagne

- FER N.de, Cartes et descriptions generales et particulieres pour l’intelligence des affaires du tems, au sujet de la succession de la couronne d’Espagne, en Europe, en Asie, en Afrique et en Amérique, Paris, chez l’auteur, 1701. SHD/DBIB/A2c 375

Le 1er novembre 1700 s’éteint Charles II d’Espagne, qui ne laisse aucun héritier au trône de l’une des principales puissances d’Europe, qui suscite autant la convoitise que la crainte de la voir passer sous l’autorité d’une puissance rivale dans chaque cour européenne.

Les Bourbons, en France, comme les Habsbourg, en Autriche, peuvent légitimement nourrir des prétentions au trône d’Espagne. Malgré un testament de Charles II qui tentait de répartir équitablement les territoires entre les trois descendants potentiels, le décès de l'un d'eux, le duc Joseph-Ferdinand de Bavière, remet le partage en question.  Charles d’Autriche exigea l’intégralité de l’héritage, rêvant de reconstituer l’empire de Charles Quint. Charles II, bien que malade et diminué, s’opposa à cette idée afin d’éviter l’éclatement de l’empire espagnol. Il soutint alors Philippe duc d'Anjou, fils de Louis de France et de Marie-Anne de Bavière, qui monta sur le trône d'Espagne sous le nom de Felipe V de Borbón.

Une coalition réunissant l’Angleterre, les Provinces-Unies, l’Autriche et le royaume de Prusse déclara alors la guerre à la France et à l’Espagne le 15 mai 1702. Charles de Habsbourg, fils de l'empereur d'Autriche et deuxième prétendant au trône d'Espagne fut reconnu roi d’Espagne par les coalisés et arriva à Lisbonne en mars 1704 pour chasser de Madrid Philippe V.

 

Agrandir l'image

Dernière modification le 13/11/2020
Partager: