Rechercher un conflit, une bataille

En matière d’activités militaires, le Service historique de la Défense offre d’innombrables ressources sur des conflits divers, allant de la guerre de Trente Ans aux opérations extérieures et missions opérationnelles, en passant par les conflits mondiaux et de décolonisation.

Pour les guerres de l’Ancien Régime, on consultera prioritairement les archives du Dépôt de la Guerre (séries GR M et GR A). Pour les périodes postérieures, il convient de se reporter aux séries chronologiques des archives de la Guerre et de l’armée de Terre (voir « Les fonds et collections du Centre historique des archives : les archives de la Guerre et de l’armée de Terre », p. 26). Pour les opérations en mer, à partir de la période post-révolutionnaire, il convient de recourir, dans les archives de la Marine, aux fonds de l’administration centrale du ministère de la Marine, principalement du bureau des mouvements (MV BB1 à MV BB5), et tout particulièrement à la sous-série MV BB4 sur les campagnes navales. Les documents relatifs à l’infanterie de Marine jusqu’en 1901 (date à laquelle cette dernière passe sous la responsabilité du ministère de la Guerre), sont à rechercher en sous-série MV CC3, où l’on trouvera notamment des journaux de marches des régiments d’infanterie de marine de 1838 à 1889. 

Les conflits mondiaux

La Première Guerre mondiale est sans doute le conflit de l’histoire de France qui a laissé le plus d’archives. Le SHD est aujourd’hui le dépositaire de l’énorme production administrative des institutions militaires d’un pays entièrement engagé dans une guerre d’une ampleur et d’une intensité sans précédent (cf. p. 63). Les archives du ministère de la Guerre et de l’armée de Terre relatives à la Seconde Guerre mondiale sont réparties entre la série GR N (pour la période allant de la déclaration de guerre à l’armistice, le 22 juin 1940) et la série GR P (du 22 juin 1940 jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale). À Caen, les archives de la série AC P relatives à ce conflit forment le fonds le plus important. Il faudra également rechercher les archives de 1939-1945 dans la série MV TT pour la Marine et AI D pour l’armée de l’Air. Pour la gendarmerie, les archives les plus intéressantes sont celles de la direction de la Gendarmerie ainsi que les fonds des unités de la Gendarmerie départementale. 

Les guerres de décolonisation 

Pour l’Indochine, les archives se trouvent principalement à Vincennes dans les séries GR 10 H, pour l’armée de Terre, MV UU pour la Marine, AI 4C et AI 3P pour l’armée de l’Air et dans les fonds de la Gendarmerie. On consultera également au SHD-Caen les sous-séries AC 33R et 36R. L’inventaire des archives de la guerre d’Algérie dans les fonds d’archives de l’armée de Terre comprend notamment une présentation des sources (GR 1 H 1091-4881). Pour la Marine, il faudra consulter la série MV VV et AI I pour ce qui concerne les forces aériennes. On consultera également au SHD-Caen les sous-séries AC 34R et 37R. 

Les opérations extérieures 

Entrent sous ce vocable toutes les interventions militaires françaises hors du territoire métropolitain, depuis la crise de Suez en 1956 jusqu’à nos jours. Les archives relatives à la conduite des opérations extérieures sont produites à la fois en métropole et sur les théâtres d’opérations, par les organismes de commandement opérationnel, unités et détachements composant les forces en opération extérieure et unités pré-positionnées participant à des opérations extérieures. La majeure partie de ces archives ne sont communicables que sur dérogation. Les archives des échelons portuaires ne concernent pas, en principe, les campagnes militaires ou les guerres. Néanmoins, des informations utiles peuvent se trouver dans les séries B, C, N, Q et S. De manière générale, il convient toujours et pour toute recherche de consulter les fonds entrés par voie extraordinaire.

À noter

Avant toute recherche dans les fonds d’archives, il est recommandé de consulter la bibliographie. Pour cela, le catalogue informatisé des bibliothèques est un outil indispensable permettant une première approche du conflit, de la bataille ou de l’événement recherché.

Aux sources de la Grande Guerre

Dans le cadre du centenaire de la Première Guerre mondiale, le SHD a publié un guide des sources destiné à répertorier l’ensemble des archives conservées par le service sur la Grande Guerre. Confronté à la masse des archives, le chercheur dispose pour s’y diriger d’instruments de recherche publiés, au premier rang desquels :

  • l’Inventaire sommaire des archives de la Guerre : série GR N, 1872-1919 (en 6 volumes), disponible en ligne, qui permet de faire une recherche par mots-clé ;
  • le Guide des archives et des bibliothèques de l’armée de Terre ;
  • les états des fonds privés de l’armée de Terre et de la Marine ;
  • sur le site Mémoire des hommes, il peut aussi consulter directement des ensembles complets de documents (cf. p. 65), dont les Armées françaises dans la Grande Guerre qui est à la fois un ouvrage mémorial, une publication de sources et une analyse des opérations. 

Ceci est toutefois loin d’épuiser la richesse des sources sur la Première Guerre mondiale conservées au SHD. De nombreux fonds, peu connus du public, ne sont pourvus que d’inventaires provisoires ou disponibles seulement en salle de lecture : le besoin se faisait donc sentir d’un instrument de recherche recensant de manière synthétique l’ensemble des archives conservées par le SHD, tant dans ses centres de Vincennes, de Châtellerault et de Pau que dans ses antennes portuaires (Cherbourg, Brest, Lorient, Rochefort et Toulon) et de Caen. Organisé selon une logique institutionnelle, ce guide présente, après les fonds émanant des organismes interalliés, ceux des organismes ministériels (Guerre, Marine et Armement) et des états-majors de l’Armée et de la Marine. À ces archives administratives répondent les archives opérationnelles issues des grands quartiers généraux des armées alliées et de l’armée française, ainsi que des unités, terrestres, aéronautiques ou navales. Place est également faite aux archives techniques, qu’elles traitent des infrastructures militaires ou, en plus grand nombre, du matériel ou de l’armement. La gestion, administrative et comptable, mais aussi sanitaire ou judicaire, des millions de combattants enrôlés dans l’armée française ou des civils employés par l’industrie d’armement a par ailleurs généré des collections de fichiers, de dossiers individuels et de registres collectifs, dont la présentation s’élargit aux sources complémentaires conservées par les autres services d’archives du ministère de la Défense. Étroitement liées aux fonds publics, des archives privées ont été remises au Service historique par des acteurs du conflit, du généralissime au simple combattant. Présentant les principaux fonds, le guide propose une sélection d’exemples parmi de nombreux dons aux contenus analogues. Une place à part est réservée aux mémoires et témoignages reçus en très grand nombre, sous des formes variées : témoignages oraux, mémoires imprimées ayant connu une diffusion plus ou moins large, témoignages manuscrits sur un épisode particulier, journaux de guerre ou encore correspondances. Une même variété caractérise les documents iconographiques, car à côté des photographies conservées par milliers, affiches ou gravures, dessins ou peintures mettent également en image le conflit. Enfin, ce guide ne serait pas complet s’il n’évoquait les sources imprimées conservées par les bibliothèques du SHD : journaux de tranchées, périodiques contemporains du conflit ou historiques d’unités. À tous les niveaux, l’accent est mis sur la complémentarité de ces fonds, quel que soit le lieu de leur conservation, leur support ou leur origine, publique ou privée.

Découvrir nos autres guides d'aide à la recherche

Dernière modification le 06/09/2019
Partager: