Réétudier la bataille de Velez-Malaga

La bataille de Vélez-Malaga
Conférence
par Patrick Villiers, professeur émérite en histoire moderne à l’Université du littoral Côte d’Opale.

Conférence proposée par le Comité rochefortais de documentation historique maritime (CRDHM)

 

Lien : www.crdhm.fr

SHD Rochefort
4 rue du port, 17300 Rochefort
jeudi 12 mars 2020

Horaires

18 heures

Gratuit. Entrée libre, dans la limite des places disponibles.

Se munir d’une pièce d’identité.

 

Renseignements au 05 46 87 74 90 ou shd-rochefort.contact.fct@intradef.gouv.fr.

Parking gratuit, accès réglementé.

Conférence proposée par le Comité rochefortais de documentation historique maritime (CRDHM)

 

Lien : www.crdhm.fr

Réétudier la bataille de Velez-Malaga de 1704 en s’interrogeant sur le rôle des vaisseaux de 1er rang est également une manière de faire un bilan de la construction navale sous Louis XIV.

Vaisseaux de 1er rang, de 2e rang, navires amiraux, trois-ponts de 80 canons, 90 canons voire 110 canons, ces dénominations changent fortement au XVIIe siècle comme nous le verrons. Elles correspondent cependant à la notion de « capital ship » que l’on pourrait traduire par navire de commandement ou navire amiral. Pour l’essentiel, en Méditerranée ou dans les eaux européennes, ce sont des trois ponts commandés par des chefs d’escadre, des lieutenants-généraux ou des amiraux à la tête d’une division, d’une escadre, voire d’une flotte. Ce concept inventé par les Anglais avec le Prince Royal est cependant repris par les Hollandais mais surtout par les Français. Qui ne connait les noms du Soleil Royal construit à Brest, des Royal Louis et Saint-Philippe construits à Toulon ou du Fier construit à Rochefort. Réétudier la bataille de Velez- Malaga de 1704 en s’interrogeant sur le rôle des 1er rang est également une manière de faire un bilan de la construction navale sous Louis XIV.

Dernière modification le 31/01/2020
Partager: