Foire aux questions

Organiser sa visite au SHD

Brest : site accessible aux PMR par ascenseur

Châtellerault : Parking réservé, accès en salle de lecture

Rochefort : Parking réservé et accès en salle de lecture

Lorient : : Parking réservé et accès en salle de lecture

 

Pour accéder aux salles de lecture, les lecteurs doivent déposer vêtements d’extérieur, sacs, cartables, housses, classeurs, nourriture et liquides, et tous les objets non indispensables dans les vestiaires.

Les stylos à encre, gel ou feutre sont également interdits en salle de lecture.


Consulter le règlement de la salle de lecture de Châtellerault

Consulter le règlement de la salle de lecture de Pau

Consulter le règlement de la salle de lecture de Vincennes

Aucune restauration n’est incluse. Il est strictement interdit de boire ou de manger dans la salle de lecture. Vous pourrez trouver une offre de restauration aux abords des sites. 

Seuls les sites qui ne sont pas sur des emprises militaires proposent  un accès à Internet. Lorsqu’il est possible, l’accès à Internet est limitée et après identification du demandeur. 

Le SHD organise des colloques, conférences, expositions, journées d’étude…
Consulter l’agenda du SHD

Comment et quoi consulter au SHD ?

Le SHD conserve près de 450 kilomètres linéaires d’archives. Cet ensemble est constitué de grands fonds, répartis sur dix sites et consultables dans neuf salles de lecture. 

Archives de la Guerre, de l’armée de Terre et de la Défense

  • à Vincennes
  • 50 kilomètres linéaires d’archives
  • de la fin du XVIIe siècle à nos jours

Famille de cotes : GR


Archives des victimes des conflits contemporains

  • à Caen
  • 20 kilomètres linéaires d’archives
  • de 1914 à nos jours

Famille de cotes : AC


Archives de l’armée de l’Air

  • à Vincennes
  • 14 kilomètres linéaires d’archives
  • des débuts de l’aéronautique militaire à nos jours

Famille de cotes : AI


Archives de la Gendarmerie

  • à Vincennes et au Blanc
  • 66 kilomètres linéaires d’archives
  • de la fin du XIXe siècle à nos jours

Famille de cotes : GD


Archives de l’armement et du personnel civil

  • à Châtellerault
  • 117 kilomètres linéaires d’archives
  • de 1830 à nos jours

Famille de cotes : AA et AP


Archives du personnel militaire

  • à Pau
  • 108 kilomètres linéaires d’archives
  • de la fin du XIXe siècle à nos jours
  • fonds en cours de classement


Archives centrales de la Marine

  • à Vincennes
  • 14 kilomètres linéaires d’archives
  • de la Révolution à nos jours

Famille de cotes : MV


Archives de la Marine

  • à Lorient
  • 4,5 kilomètres linéaires d’archives
  • de la Révolution à nos jours

Famille de cotes : ML


Archives de la Marine

  • à Cherbourg
  • 5 kilomètres linéaires d’archives
  • de la Révolution à nos jours

Famille de cotes : MC


Archives de la Marine

  • à Brest
  • 12,5 kilomètres linéaires d’archives
  • du XVIIe siècle à nos jours

Famille de cotes : MB


Archives de la Marine

  • à Rochefort
  • 7 kilomètres linéaires d’archives
  • du XVIIe siècle à nos jours

Famille de cotes : MR

Archives de la Marine

  • à Toulon
  • 20 kilomètres linéaires d’archives
  • de la fin de l’Ancien Régime à nos jours

Famille de cotes : MT


Entités administratives Séries créées à compter du 1er janvier 2007

  • Services interministériels ZA
  • Cabinet du ministre ZB
  • Secrétariat général pour l’administration ZC
  • État-major des armées ZD
  • Armée de Terre ZE
  • Administration centrale de la Marine ZF
  • Organismes de la Marine versant à Cherbourg ZG
  • Organismes de la Marine versant à Brest ZH
  • Organismes de la Marine versant à Lorient ZI
  • Organismes de la Marine versant à Rochefort ZJ
  • Organismes de la Marine versant à Toulon ZK
  • Armée de l’Air ZL
  • Gendarmerie nationale ZM
  • Délégation générale à l’armement ZN
  • SGA/DFP/Dossiers individuels de personnel civil ZO
     

Accéder la liste des ressources du SHD

Voir la carte des centres du SHD

Le SHD ne se substitue pas aux usagers pour consulter les documents d’archives à leur place mais vous pouvez demander une reproduction, à distance,  des documents correctement identifiés par leur cote et leur intitulé.

Voir les conditions de reproduction des sites 

Accéder au formulaire de demande de reproduction

Vous ne pouvez pas emprunter des documents d’archives sauf pour une exposition.
Certains ouvrages des bibliothèques du SHD peuvent être empruntés mais pas partout. Renseignez-vous auprès des centres.

Voir la carte des centres du SHD

Que trouver au SHD ?

Plus de X  instruments de recherche qui permettent de s'orienter dans les fonds d'archives. (lien vers le moteur de recherche simple)

Sur les sites partenaires

  • Les fonds numérisés avec l'aide de la Direction du patrimoine, de la mémoire et des archives du secrétariat général pour l'administration du ministère des Armées : fichiers nominatifs de combattants et morts pour la France des conflits contemporains (Première Guerre mondiale, Seconde Guerre mondiale, guerre de Corée, guerre d'Indochine, guerre d'Algérie, OPEX), journaux d'unités de la Première Guerre mondiale (journaux de marches et opérations, journaux de bord, etc.), numérisés, archives de la Compagnie des Indes, des armées françaises au Levant, les registres matricules de la Garde impériale et de l’infanterie de ligne, des plans de véhicules blindés…
    Tous sont disponibles sur le site Mémoire des hommes.
     
  • Registres matricules des Archives Départementales et fichier des Morts pour la France  : Grand Mémorial  
     
  • Des instruments de recherche sur le portail national des archives, France Archives 
     
  • 2 900 volumes de la bibliothèque et 740.000 pages numérisées sur Gallica

Qu’est-ce que je peux reproduire et comment ?

En salle de lecture, les photocopies peuvent être réalisées en quantité illimitée par les soins du lecteur. Pour une reproduction concernant des dossiers de carrière, vous pourrez, suivant les salles de lecture, obtenir des copies des dossiers dans leur intégralité (CAAPC) ou des seuls états signalétiques des services (CHA) qui résument l’ensemble de la carrière. La fourniture de microfilms ne concerne que les fonds de Vincennes. Seules sont prises en compte les demandes portant sur l’intégralité d’une unité documentaire, correspondant au minimum à un ou plusieurs cartons d’archives/registres. Par ailleurs, l’utilisation d’un appareil photo numérique silencieux et sans flash est autorisée en salle de lecture. L’utilisation du scanner à plat n’est pas autorisée, à l’exception de la salle de lecture du CAAPC qui met à disposition du public des moyens de reproduction numérique (appareil photo, scanner A3/A4) pour les documents non reliés et en bon état. (cf. Archives militaires, mode d’emploi. © Archives & Culture/SHD)

Consulter les conditions de reproduction en salle de lecture

Le SHD offre une gamme de services qui varie selon les salles de lecture, en fonction des moyens disponibles. Vous aurez principalement la possibilité de commander des photocopies ou des fichiers numériques. Sont exclus de la reproduction par photocopie : les documents qui, en raison de leur état matériel, de leur format ou de la nature de leur support, sont susceptibles d’être endommagés ; les archives publiques consultées par dérogation quand celle-ci ne fait pas mention d’une autorisation de reproduction ; les archives privées dont le donateur ou le propriétaire a interdit la reproduction ; les documents des collections iconographiques ; les cartes et plans. Les publications soumises à droit d’auteur ne peuvent faire l’objet d’une reproduction. Les documents conservés par les bibliothèques sont exclus du droit de reproduction par photocopie pour des raisons de conservation pour les documents anciens et de réglementation pour les plus récents.
Les commandes doivent porter sur des documents correctement identifiés par leur cote et leur intitulé. Elles peuvent être formulées sur place, auprès du personnel des salles de lecture comme des responsables des fonds iconographiques, ou bien peuvent être adressées par courrier, à l’adresse du site du SHD qui conserve le document. (cf. Archives militaires, mode d’emploi. © Archives & Culture/SHD)

Consulter les conditions de reproduction en salle de lecture 

Accéder au formulaire de demande de reproduction

Comment trouver un document ?

C'est possible, nous conservons au total des millions de dossiers et de cases matricules !
Il n'existe pas de base de données ou de répertoire général permettant instantanément de savoir si une personne fait l'objet ou non d'un dossier ou d'une case matricule.
Il vous faut d'abord réunir le maximum de renseignements sur votre ancêtre, et notamment :

  • Nom, prénoms, et date de naissance
  • Armée dans laquelle il a servi
  • Grade
  • Dates de début et de fin de service
  • Unité (régiment, navire, etc).

À partir des renseignements que vous avez réunis, consultez nos guides et fiches d' aide à la recherche. Elles vous indiqueront quels sont les documents que vous pouvez espérer trouver, le centre d’archives dans lequel ils sont conservés et les instruments de recherche disponibles en ligne ou en salle de lecture. Dans la plupart des cas, ce n'est que sur place, en dépouillant les instruments de recherche ou les registres matricules eux-mêmes, que vous serez certain que votre ancêtre a laissé une trace dans nos archives

La frégate La Belle-Poule a rapatrié en France les cendres de l’empereur Napoléon Ier en 1840. Vous êtes nombreux à chercher à savoir si votre ancêtre faisait partie de l'équipage de ce navire lors de cette mission.

Le rôle d'équipage est conservé par le Service historique de la Défense à Cherbourg, sous la cote 1 C2 10. Il est consultable sur place. Vous pouvez consulter en ligne (lien vers l’iR) l'index des noms compris sur ce rôle.

Le grade indique le rang occupé dans la hiérarchie militaire et ouvre droit au commandement. Il est, en général, lié à un emploi particulier, mais le développement des états-majors et des services a amené la création de postes d’officiers et de sous-officiers sans troupe portant parfois une appellation spécifique.
On appelle :

  • petits gradés, les caporaux et caporaux-chefs ;
  • sous-officiers, les sergents et sergents-chefs, adjudants et adjudants-chefs et les majors ;
  • officiers subalternes, les sous-lieutenants, lieutenants et capitaines ;
  • officiers supérieurs, les commandants, lieutenants-colonels et colonels ;
  • officiers généraux (le terme " général " date du XVe siècle et fut d’abord employé par opposition au terme "officiers particuliers" qui désignait les propriétaires d’unités), les généraux de brigade, de division, de corps d’armée et d’armée.

En savoir plus sur l'origine des appellations

En savoir plus sur les charges militaires

Je cherche à faire valoir un droit 

En règle générale, l'Office national des Anciens combattants et victimes de guerre est votre meilleur interlocuteur.
Toutes les demandes relatives aux sujets suivants doivent être adressées aux organismes indiqués ci après :

 

Organismes compétents

Armée de Terre et services communs (service de santé des armées, SEA et SCA) 
(engagé – appelé – rappelé – régulier – goum – harki – aasses – maghzen – commissionné sauf pour les dossiers des officiers généraux et des officiers avant 1971 : dossiers détenus à Vincennes)
Service historique de la Défense 
CAPM 
Caserne Bernadotte
64023 PAU Cedex
 
Armée de l’Air :
B.C.I.A.A.
Base Aérienne 102
BP 8313
21083 DIJON Cedex 09
 
Marine nationale :
C.T.I.R.H.
BP 413
83800 TOULON ARMEES
 
Légion étrangère :
Bureau des Anciens de la Légion Etrangère
BP 38
13998 MARSEILLE ARMEES

En règle générale, l'Office national des Anciens combattants et victimes de guerre est votre meilleur interlocuteur.
Toutes les demandes relatives aux sujets suivants doivent être adressées aux organismes indiqués ci après :

Organisme compétent

Bureau Central des Rapatriés
57, Cours du 14 juillet
BP 119
47004 AGEN Cedex

En règle générale, l'Office national des Anciens combattants et victimes de guerre est votre meilleur interlocuteur.
Toutes les demandes relatives aux sujets suivants doivent être adressées aux organismes indiqués ci après :

Si vous résidez en France :
L’office des Anciens combattants et victimes de guerre (ACVG) de votre lieu de résidence.

Si vous résidez à l’étranger et que vous êtes de nationalité :

Algérienne :
ACVG Paris
295-303, Rue Saint-Jacques
75240 PARIS Cedex 05
 
Tunisienne : 
ACVG Marseille
12-16, Rue Jules Cantini
13006 MARSEILLE
 
Marocaine :
ACVG Bordeaux
4, Rue d’Aviau
33000 BORDEAUX Cedex
 
Autres pays d’Afrique :
ACVG Pau
3, Avenue Dufau
 64000 PAU

Autres nationalités :
ACVG Paris
295-303, Rue Saint-Jacques
75240 PARIS Cedex 05

En règle générale, l'Office national des Anciens combattants et victimes de guerre est votre meilleur interlocuteur.
Toutes les demandes relatives aux sujets suivants doivent être adressées aux organismes indiqués ci après :

Si vous résidez en France :
L’office des Anciens combattants et victimes de guerre de votre lieu de résidence.
 
Si vous résidez à l’étranger :
Service des Anciens Combattants résidant à l’étranger
1, Place François Miterrand
58120 CHÂTEAU-CHINO

En règle générale, l'Office national des Anciens combattants et victimes de guerre est votre meilleur interlocuteur.
Toutes les demandes relatives aux sujets suivants doivent être adressées aux organismes indiqués ci après :

Si vous résidez en France :
- Préfecture de votre lieu de résidence.
- Tribunal d’instance de votre résidence.
 
Si vous résidez  à l’étranger :
- Le Consulat Général de France de votre pays.

Je suis militaire. Les administrations compétentes pour mes droits à pension

L’état des services sera directement demandé au CAPM par cet organisme qui vous l’adressera ultérieurement.

E.D.I.A.C.A.T.
Service Personnel Militaire métro.
76, Rue de la Talaudière
BP 508
42007 SAINT-ETIENNE CEDEX 01


Armée de l’Air
CERHAA  de TOURS
Bureau des affiliations rétroactives
BP 339
37081 TOURS Cedex 2
Tél : 02 47 85 84 35

Ne concerne que les militaires ayant effectué 15 ans  et plus de 15 ans de service militaires.    Service des Pensions des Armées

Sous-direction des Pensions
5, Place de Verdun
BP 509
171016 LA ROCHELLE Cedex

Vous avez travaillé au ministère de la Défense et votre caisse de retraite vous demande vos états de services ? Voici les démarches à effectuer pour les obtenir.

Les personnels de la Défense (militaires, fonctionnaires, ouvriers de l'Etat) qui quittent le ministère quelle que soit la cause (fin du contrat par exemple pour les militaires), sans avoir obtenu une pension de retraite (avant 15 ans de service) sont affiliés rétroactivement au régime général pour leurs années de services effectuées à la Défense. 
Ces services sont ainsi pris en compte dans le calcul de la pension de retraite du régime général au moment de la mise à la retraite.
Dans le cas où le relevé de carrière fourni par la caisse régionale d'assurance maladie (CRAM), qui gère la retraite du régime général, ne mentionne pas les périodes passées à la défense, la délivrance d'une attestation d'affiliation rétroactive doit être demandée à votre ancien employeur en précisant :

  • vos nom et prénom
  • vos date et lieu de naissance
  • les dates de début et fin de service (d'où l'importance de conserver ses bulletins de paie)
  • le lieu de vos services

Liste des services à contacter pour obtenir votre relevé de carrière, consulter les Services Affiliation rétroactive

Tableaux des bénéfices de campagnes terre et mer (territoires, périodes et taux de campagne)

Ce document liste toutes les bonifications de campagnes pour les militaires. Les bonifications s'ajoutent aux années de services effectifs pour le calcul de la pension.

L'attribution de bonification de campagnes est conditionnée à la présence effective de l'administré sur un territoire, un bâtiment… et est associée à une période et à un texte publié.

Consulter le tableau des bénéfices de campagnes "Terre"

Consulter le tableau des bénéfices des campagnes "Mer"

Vous pouvez adresser une demande au Service historique de la défense de Vincennes :

Département de la collecte et des recherches administratives
Château de Vincennes
Avenue de Paris
94306 Vincennes Cedex

Les courriers adressés doivent comporter les noms, prénoms, filiation, date et lieu de  naissance de l’intéressé, ainsi que toute information qui aura pu être retrouvée sur le(s) lieu(x) et dates de détention. 

Comment faire si je ne peux pas me déplacer ?

Le SHD ne se substitue pas aux usagers pour consulter les documents d’archives à leur place mais vous pouvez demander une reproduction, à distance,  des documents correctement identifiés par leur cote et leur intitulé.
 

Consulter les conditions de reproduction en salle de lecture 

Accéder au formulaire de demande de reproduction

Comment bénéficier d’une aide à la recherche ?

En salle de lecture

En salle de lecture, le personnel :

  • vous aidera à déterminer quels sont les fonds et les séries qui intéressent votre recherche ;
  • vous orientera vers les instruments de recherche (inventaires, répertoires, fichiers, catalogues), destinés à vous permettre de trouver la cote (c’est-à-dire la référence) des documents d’archives ou des ouvrages de bibliothèque que vous pourrez consulter.


 

L'orientation à distance

Le recours aux fiches d’aide à la recherche, à l’état sommaire des fonds ou au catalogue de la bibliothèque est une étape indispensable, qui vous permettra, dans de nombreux cas, de décider s’il convient de vous déplacer pour consulter nos instruments de recherche en salle de lecture et, le cas échéant, demander à consulter les documents qui vous intéressent.


 

Quelle aide peut vous apporter le SHD ?

Au cas où les informations disponibles en ligne n’auraient pas permis de vous orienter, nous vous indiquons où et comment trouver l’information qui vous intéresse. Dans la plupart des cas, il vous faudra ensuite venir sur place consulter les documents eux-mêmes.
Nous vous précisons au moins :

  • si l’information que vous recherchez est susceptible d’être conservée dans les fonds d’archives ou les collections des bibliothèques du SHD, et si oui, sur quel site et dans quels ensembles documentaires ;
  • la disponibilité des instruments de recherche (consultables en salle de lecture uniquement, publiés et disponibles à la vente, consultables sur internet) ;
  • dans le cas où il n’existe pas d’instrument de recherche ou si ce dernier n’est pas consultable en salle de lecture, les coordonnées de la personne à contacter pour organiser une séance de travail.

Attention : dans de nombreux cas, et tout particulièrement dans le cas des recherches généalogiques, nous ne pouvons pas vous dire avec précision si nous conservons le dossier qui vous intéresse. Nous vous indiquons simplement dans quelle série d’archives vous pourrez trouver les informations qui vous intéressent, sans pouvoir toujours vous garantir qu’elles existent et ont été conservées.

Nous ne répondons pas aux questions personnelles de ce type :

  • Quelle a été la carrière militaire de mon grand-père ?
  • Combien de victimes a fait la bataille de Trafalgar ?
  • Quelles unités ont participé à la bataille de Verdun ?

Toutefois, nous pouvons vous indiquer où et comment trouver l’information qui vous intéresse.

Vous pouvez adresser vos demandes en vous créant un espace personnel ou en envoyant un courrier aux différentes antennes du SHD.

Voir la carte des centres du SHD

Accéder au formulaire de demande d’orientation

Last modification on 15/10/2019