Conditions d’accès

Librement communicable

Description physique

64 ml

Classement

La direction du service de santé a subi le même traitement que les autres fonds rapatriés de Russie. Une première partie, revenue en 1994, a fait l'objet d'un premier instrument de recherche publié en 1997. Il comprenait pour cette direction près de 500 cartons (cotés 9 N 619 à 9 NN 1112). Mais, à la suite du rapatriement d'un lot complémentaire d'archives du service de santé en 2000, la décision a été prise en 2003 de classer ces dossiers et de les fusionner avec le premier lot précédemment rapatrié. Entre-temps, une centaine de cartons référencés dans l'inventaire de 1997 ont été éliminés : il s'agissait pour l'essentiel de dossiers sériels relatifs à des états de matériel, dont l'intérêt n'a pas été jugé suffisant pour mériter une conservation définitive. Le classement du fonds dans sa globalité s'est fait en deux temps. En 2005, un vacataire s'est chargé d'analyser de façon sommaire les archives versées en 2000, de recueillir une documentation de base et de proposer un plan de classement. De l'été 2009 à l'été 2010, tous les dossiers du service de santé rapatriés de Moscou ont été réexaminés et reclassés. L'instrument de recherche a été finalisé et les archives mis en boîtes à l'automne 2010.

Export PDF de l'IR

Inventaire

Direction du service de santé

Dates

1788-1940

Présentation du contenu

Représentant plus de 60 mètres linéaires, ces archives peuvent être considérées comme une source inédite sur le service de santé militaire durant la période de la IIIe République et notamment de l'entre-deux-guerres. Le Service historique de la Défense ne conservait jusqu'alors que cinq cartons de la direction du service de santé dans l'inventaire de la série N, consacrée aux archives de la IIIe République dans le plan de classement du département de l'armée de terre. Dans le présent inventaire, tous les services de la direction du service de santé sont représentés, à l'exception notable de la section technique du service de santé dont les archives demeurent encore aujourd'hui introuvables. Le fonds contient également des dossiers provenant du service de santé des armées alliées en Orient datant de la fin de la Première Guerre mondiale, probablement versés à la direction du service de santé dans les années 1920, ainsi que quelques registres médicaux de casernement versés en 2009 par le service des archives médicales et hospitalières des armées (S.A.M.H.A.) situé à Limoges. Ce fonds d'archives offre bien évidemment plusieurs centres d'intérêts susceptibles de servir la recherche. Deux axes principaux peuvent être dégagés : le service de santé d'une part (son organisation, ses infrastructures et centres de soins, son personnel de santé…), la santé et l'état sanitaire de l'armée d'autre part (épidémiologie, hygiène, prophylaxie…). Pour qui s'intéresse au service de santé militaire, le fonds offre une documentation de tout premier choix. Il suffit, pour s'en convaincre, de consulter les notes de synthèse et de prospective produites par le cabinet du directeur et les organismes consultatifs. Ces documents reflètent aussi bien les grandes orientations prises par le service de santé que les préoccupations des dirigeants sur des thèmes récurrents comme, par exemple, la reconnaissance de la spécificité de la direction du service de santé ou la crise du personnel soignant. Les collections de circulaires et les rapports d'inspections et de contrôle nous renseignent sur le fonctionnement de la direction centrale et ses relations courantes avec les directions régionales. Les archives du 1er bureau, quant à elles, se composent notamment des comptes rendus de jurys pour les concours de médecin et de pharmacien qui offrent un aperçu intéressant sur le recrutement des médecins militaires depuis les années 1860. La formation de ces médecins est alors dispensée par les écoles militaires de Lyon et du Val-de-Grâce, par les écoles de perfectionnement et les centre d'instruction pour les réservistes. Quelques dossiers traitent également du statut des infirmiers militaires, des officiers d'administration et du personnel civil. Les établissements militaires de soins nous sont connus grâce aux archives du 2e bureau et notamment à la collection, malheureusement incomplète, des registres médicaux de casernement constitués en 1899 et tenus à jour jusque dans les années 1920. En complément, le matériel médical et sanitaire utilisé à l'époque dans ces établissements est détaillé dans la nomenclature du matériel de santé. Sur la santé et l'état sanitaire de l'armée, le lecteur s'intéressera en priorité aux archives des services techniques et surtout de la section de médecine qui offre une documentation foisonnante. Les données statistiques et épidémiologiques conservées dans le fonds révèlent les principales maladies infectieuses qui affectaient de façon endémique les unités militaires. Les moyens prophylactiques mis en œuvre et les soins apportés aux malades sont décrits précisément dans les rapports transmis par les directeurs de service de santé. Conscient de la nécessité d'offrir aux soldats français une vie saine et hygiénique, le service de santé tentait en vain d'améliorer les conditions d'installation de la troupe. Les nombreux dossiers relatifs au casernement ou à la surveillance des eaux d'alimentation en témoignent. D'autre part, les rapports des directeurs de service de santé sur les conseils de révision ou la valeur physique des contingents permettent de disposer d'informations sur l'état sanitaire et médical des hommes âgés de 20 ans. Ces archives permettent ainsi d'appréhender des questions qui dépassent largement un cadre strictement médical ou militaire. Les préoccupations morales du commandement militaire sont également mises en lumière à travers les documents relatifs à la lutte contre les maladies vénériennes ou l'alcoolisme. Les archives de la section de médecine traitent également de l'alimentation, de la vie quotidienne dans les garnisons ou de faits divers (suicides, accidents).

Organisme responsable de l'accès
Vincennes
Historique de la conservation

Ce fonds a partagé l'histoire des archives spoliées par les Allemands au sein du ministère, à la suite de la défaite française. Après un tri préalable, les documents jugés stratégiques ont été envoyés à Berlin. Récupérés par l'URSS à la fin de Seconde Guerre mondiale, ils ont été stockés et traités à Moscou jusqu'à leur redécouverte au début des années 1990. Les documents de la direction du service de santé ont été rapatriés de Russie en deux étapes entre 1994 et 2000. Il est difficile de retracer l'historique exact de leur conservation. La présence de nombreux trombones rouillés et de traces d'humidité laisse néanmoins penser que ces archives n'ont pas bénéficié de mesures de conservation particulières. Quelques photographies et plans très friables en ont souffert, mais globalement le fonds reste dans un état satisfaisant, compte tenu des déplacements dont il a fait l'objet.

Dernière modification le 27/04/2020

Format Physique