Conditions d’accès

Archives publiques

LES INFORMATIONS ENREGISTREES DANS LA BASE DE DONNEES AGAPE SONT DESTINEES AUX PERSONNELS DU CAAPC AYANT BESOIN D'EN CONNAITRE. LE LECTEUR NE PEUT PAS ACCEDER DIRECTEMENT AUX INFORMATIONS, IL DOIT DONC SAISIR LE CENTRE POUR CONNAITRE LES DOSSIERS INDIVIDUELS CONSERVES.

LA COMMUNICATION DES DOCUMENTS S'EFFECTUE EN SALLE DE LECTURE ET SELON LA LEGISLATION EN VIGUEUR FIXANT LES DELAIS DE COMMUNICABILITE DES DOCUMENTS ET LES POSSIBILITES DE DEROGATION :

- CODE DU PATRIMOINE, LIVRE II, ARCHIVES ART. L 213-1, 213-2 ET 213-3.

Conditions d'utilisation

LA REPRODUCTION DES DOCUMENTS S’EFFECTUE SELON LEUR ETAT. IL EST POSSIBLE D’OBTENIR DES PHOTOCOPIES ET DES NUMERISATIONS.

Description physique

Le fonds après classement consiste en 0,95 mètre linéaire d'archive collectives définitives, conservées dans 5 boîtes type Cauchard et 2 boîtes d’archives, et 16,96 mètres linéaires de dossiers individuels, conservés dans 116 boîtes type Cauchard.

Classement

Le fonds a été classé de manière thématique par l'archiviste :

- effectifs (suivi des embauches, mutations et radiations des personnels),

- rémunération,

- médecine de prévention.

Export PDF de l'IR

Inventory

Archives de Châtellerault: Personnel civil: Gestion du personnel de l'Atelier de chargement de Pont-de-Claix (1918-1969)

Dates

1918-1969 Nota : Les documents datés couvrent la période ci-dessus mentionnée. Néanmoins, le fonds comporte également des documents qui ne sont pas datés.

Présentation du contenu

Le fonds comporte 2730 dossiers individuels. Les dossiers individuels, cotés AP, sont enregistrés dans la base de données AGAPé (Application de gestion des archives de personnels) et ne sont pas listés dans le présent répertoire (cf § 4 conditions d'accès).

Le fonds traité dans ce répertoire numérique concerne la gestion des personnels de l'Atelier de Chargement de Pont-de-Claix.

Il comprend des dossiers individuels de personnels nés entre 1865 et 1948 ainsi que des archives collectives (registres, fiches, listes, et états).

TABLE DES SIGLES

ACX : Atelier de chargement de Pont de Claix

CAAPC : Centre des archives de l'armement et du personnel civil

DAT : Direction des Armements Terrestres

DEFA : Direction des Etudes et Fabrications d'Armement

DTAT : Direction Technique des Armements Terrestres

SHD : Service historique de la Défense

STPE : Service Technique des Poudres et Explosifs

Provenance
Atelier de Chargement de Pont-de-Claix
Organisme responsable de l'accès
Châtellerault
Évaluation

Les dossiers individuels n'ont pas fait l'objet de tri et sont conservés dans leur état de versement.

Des archives collectives ne présentant pas d'intérêt historique ont été éliminées. Néanmoins, des états des salaires et cotisations ont été conservés à titre de témoignage. Ces éliminations représentent environ 9,95 mètres linéaires.

Documents en relations

SOURCES COMPLEMENTAIRES

Série 2 J 1 – Répertoire n° 800 - Archives de l'ingénieur général de l'armement CHOSSON (1882-1970) – édition de janvier 2001.

Série 2 A 2 – Répertoire n° 543 – Archives de la direction des programmes et des affaires industrielles de l'armement – édition de février 1989

Biographie et histoire

L'Atelier de Chargement de Pont de Claix (ACX) fut créé en 1916, à quelques kilomètres de Grenoble. L'établissement, destiné au chargement d'obus en produits spéciaux (phosphore incendiaire, ypérite, phosgène et autres produits asphyxiants), dépendait de l'Etablissement central du matériel chimique de guerre et de la Section centrale des ateliers de chargement en produit spéciaux.

Son activité fut intense jusqu'en 1918 mais après l'armistice, les travaux de chargement cessèrent et l'établissement devint Annexe-Magasin du parc spécial de Paris, puis Annexe-Comptable de ce parc le 1er juillet 1923.

En juillet 1925, le Parc Annexe de Pont de Claix fut rattaché au Parc d'Artillerie Régional de Grenoble. L'établissement eut alors pour seule activité le stockage et l'entretien de munitions d'artillerie et de produits spéciaux.

En 1934, une commande de chargement d'obus d'exercice pour école à feu permit une reprise d'activité. Du personnel féminin fut embauché. Ces commandes se poursuivirent jusqu'à la seconde guerre mondiale.

L'établissement prit le nom d'Atelier de chargement en 1934, puis en 1935, il fut rattaché à la Direction des Etudes et Fabrications d'Armement (DEFA devenue par la suite DTAT, puis DAT).

En 1940, l'effectif de l'ACX atteignit 2000 ouvriers.

Le 1er janvier 1946, l'établissement fut affecté à la Direction des Poudres.

En 1947, l'activité de l'établissement s'orienta vers la démolition des munitions d'infanterie et le stockage de munitions. En 1948, s'ajouta une activité de confection et de chargement de grenades lacrymogènes, tandis que la vente de chloropicrine s'amplifiait.

A partir de la fin des opérations d'Indochine et d'Algérie et de l'achèvement des commandes off-shore, l'activité de l'atelier de Chargement de Pont de Claix ne cessa de diminuer.

En 1965, l'ACX comptait 203 personnes, et 179 personnes (137 ouvriers, 25 employés et 17 militaires) en 1967.

La reconversion de l'ACX au profit de la société PROGIL fut envisagée dès 1967. Cette entreprise, voisine de l'Atelier de Chargement, était en pleine expansion. Par ailleurs, elle s'engageait à reprendre tous les personnels qui le désireraient en leur garantissant l'équivalence des salaires et des avantages sociaux.

L'Atelier de Chargement de Pont de Claix fut remis à la société PROGIL le 2 mai 1969 dans la cadre de la réforme des Poudres.

Last modification on 07/01/2021