Conditions d’accès

Archives privées

Sans réserve

Description physique

28 dossiers; 3 mètres linéaires
Export PDF de l'IR

Inventory

Famille Ronarc'h

Dates

1882-2011

Présentation du contenu

Le fonds se compose des papiers de carrière et des papiers privés des amiraux Pierre-Alexis et Pierre-Jean Ronarc'h, ainsi que des papiers privés de Marie-Thérèse et de Geneviève Ronarc'h. On y trouve essentiellement des documents relatifs à la brigade de fusiliers marins dirigée par Pierre-Alexis Ronarc'h et aux commandements exercés par l'amiral Pierre-Jean Ronarc'h (et notamment sur l'évasion du Jean-Bart de Saint-Nazaire en juin 1940). De nombreux papiers privés (notes, correspondances, etc.) de l'amiral P.-J. Ronarc'h, de son épouse Marie-Thérèse Decaix et de leur fille Geneviève Ronarc'h (notamment l'important travail de documentation réalisé sur son père et son grand-oncle en vue de la réédition de L'évasion du Jean-Bart juin 1940 publié en 1951 par son père) complètent le fonds, qui comprend également de très nombreuses photographies relatives à la carrière des amiraux et à la famille Ronarc'h. À noter enfin que Pierre-Jean Ronarc'h tout comme Geneviève Ronarc'h ont beaucoup travaillé sur le fonds et retranscrit des originaux se trouvant dans le fonds.

Les très nombreuses photographies, portraits et estampes appartenant au fonds sont conservés au sein des archives iconographiques, sous la cote DE 2016 PA 50, et concernent essentiellement la brigade de fusiliers-marins et le cuirassé Jean-Bart, mais également l'histoire de la famille Ronarc'h.

Provenance
vice-amiral d'escadre Pierre-Alexis Ronarc'h (1865-1940), vice-amiral d'escadre Pierre-Jean Ronarc'h (1892-1960), Marie-Thérèse Desaix ép. Ronarc'h (1895-1961), Geneviève Ronarc'h (1923-ca 2011).
Organisme responsable de l'accès
Vincennes
Bibliographie
Ronarc'h, Pierre-Alexis, Souvenirs de guerre, 1er août 1914-septembre 1918, Paris, Payot, 1921, 335 p., photogr., cartes.Ronarc'h, Pierre-Jean, L'évasion du Jean-Bart, juin 1940, Paris, Flammarion, 1951, 267 p., fig., pl.Ronarc'h, Pierre-Jean, Récit de l'évasion du Jean-Bart, Port-Blanc, 23e anniversaire – 16 juin 1963, s.l., 1963, 8 p.Ronarc'h, Pierre-Jean, L'évasion du cuirassé Jean-Bart, 18 juin 1940, Strasbourg, Paris, éditions Hirlé, 2010, 157 p., ill.Ronarc'h, Pierre-Jean, La surveillance et le blocus des forces navales françaises du Ponant, au Nord du cap Finisterre par les Anglais, de novembre 1756 à novembre 1759 : rôles de Pitt, Anson et Hawke, travail de Monsieur le lieutenant de vaisseau Ronarc'h, s.l., École de guerre navale, 1924, 57 p.
Documents en relations

SOURCES COMPLEMENTAIRES

- dossier individuel de Pierre-Alexis Marie Antoine Ronarc'h, SHD MV CC7 4e Moderne 852-4;

- dossiers individuels de Pierre-Jean Ronarc'h, SHD MV CC7 4e Moderne 3066-23 et 1366-9

Biographie et histoire

Vice-amiral d'escadre Pierre-Alexis Ronarc'h (22/02/1865 – 01/04/1940):

Né le 22 février 1865 à Quimper, Pierre-Alexis Ronarc'h est admis à l'École navale en 1880. Lieutenant de vaisseau en 1889, il participe onze ans plus tard à la campagne de Chine, au cours de laquelle il dirige un détachement de marins qui combat lors de la révolte des Boxers.

Nommé capitaine de vaisseau en 1907, il est à 42 ans le plus jeune à occuper ce grade dans la Marine française. Contre-amiral en juin 1914, il est nommé commandant de la brigade de fusiliers marins de 6000 hommes qui se constitue à Lorient. À la tête de sa brigade, il se distingue en Belgique à partir du mois d'octobre 1914, où l'unité protège la retraite de l'armée belge en arrêtant les Allemands à Melle puis, malgré un manque de soutien et de reconnaissance, parvient à prendre ses positions sur l'Yser à Dixmude et à tenir un mois contre les offensives allemandes, aux côtés des unités du général d'Urbal et des troupes belges et britanniques. Cette résistance, qui occasionne de lourdes pertes à l'unité, permet de sauvegarder une portion de territoire belge et d'empêcher la prise de Dunkerque, qui aurait pu isoler les troupes britanniques de leurs bases arrières. La brigade se bat ainsi sur le front belge jusqu'à sa dissolution en novembre 1915, ses personnels rejoignant alors les unités de l'armée navale qui luttent contre les sous-marins allemands, tandis qu'un bataillon de 850 hommes composé de volontaires va combattre aux côtés des fantassins de l'armée de Terre. Ayant beaucoup travaillé sur les mines et organisé les escadrilles de navires légers de l'armée navale en 1912, l'amiral Ronarc'h est alors nommé à la tête de la direction centrale de la guerre sous-marine, poste qu'il occupe jusqu'en mars 1916, date à laquelle il est nommé au commandement supérieur de la Marine dans la zone des Armées du Nord (ZAN). En juin 1918, il parvient à empêcher l'évacuation et la destruction du port de Dunkerque, envisagée un moment devant l'offensive générale allemande.

Chargé de la démobilisation des navires réquisitionnés pendant la guerre, l'amiral Ronarc'h conserve son commandement jusqu'à la dissolution de la ZAN en mai 1919. Il est alors nommé chef d'état-major général de la Marine, poste qu'il occupe jusqu'en février 1920.

Il meurt à Paris le 1er avril 1940.

Vice-amiral d'escadre Pierre-Jean Ronarc'h (26/11/1892 – 05/12/1960): neveu du précédent, Pierre-Jean Ronarc'h naît le 26 novembre 1892 à Lorient et entre à l'École navale en 1910. Après une période à bord du croiseur-école Jeanne d'Arc, il embarque comme enseigne de vaisseau à bord du cuirassé d'escadre Condorcet. En 1914, il est affecté auprès de son oncle, au sein de brigade de fusiliers-marins, puis, promu enseigne de vaisseau de 2e classe en 1915, il commande une batterie d'artillerie lourde sur voie ferrée. De 1917 à 1919, il effectue plusieurs commandements, à bord du dragueur Anjou, du patrouilleur Ablette, du torpilleur 306, d'un groupe de vedettes rattachées au port de Rotterdam puis d'un groupe de chasseurs appartenant à la flottille du Rhin.

Il devient lieutenant de vaisseau en mai 1919, puis fait l'École de guerre navale et se voit breveté d'état-major en 1924. Promu capitaine de corvette en 1927, il commande le torpilleur Tramontane, puis est nommé adjoint au commandant en second du croiseur Primauguet en 1931. Capitaine de frégate en octobre 1931, il commande l'artillerie de côte de Dunkerque, le contre-torpilleur Kersaint en 1934, puis, en second, le bâtiment de ligne Strasbourg en 1936, avant de commander le croiseur Montcalm avec le grade de capitaine de vaisseau en 1938.

En janvier 1940, il est nommé commandant du cuirassé Jean-Bart, chargé de suivre les travaux d'achèvement du navire à Saint-Nazaire. Dans la nuit du 18 au 19 juin 1940, après d'intenses préparatifs, il parvient à faire appareiller le Jean-Bart afin que le navire échappe aux troupes allemandes, et à conduire le cuirassé à Casablanca (Maroc).

Contre-amiral en 1941, il commande le secteur de défense de Casablanca, puis la Marine à Casablanca en 1942 lorsqu'ont lieu le débarquement des forces anglo-américaines et les brefs affrontements avec les batteries côtières françaises. Il est nommé à la tête de la Marine au Maroc en 1943. Vice-amiral en 1944, il commande alors les Forces maritimes françaises en Méditerranée, puis la Marine en Algérie. Vice-amiral d'escadre en janvier 1951, il commande les Forces maritimes françaises en Méditerranée jusqu'à sa retraite en novembre 1951.

Il meurt à Paris le 5 décembre 1960.

Marie-Thérèse Ronarc'h née Decaix (31/01/1895 – 18/12/1961): épouse de Pierre-Jean Ronarc'h et sœur de l'officier Jean Decaix, elle suit et assiste son époux au cours de ses commandements.

Geneviève Ronarc'h (17/07/1923 – ca 2011): fille unique de Pierre-Jean et Marie-Thérèse Decaix ép. Ronarc'h, elle entretient le souvenir de son père, fait de nombreuses recherches dans le fonds afin de reconstituer au plus près la vie de l'amiral, puis entreprend une réédition illustrée de l'ouvrage publié par Pierre-Jean Ronarc'h en 1951 sous le titre L'évasion du Jean-Bart et qui, réalisée avec le soutien du Service historique de la Marine, paraît en 2010.

Last modification on 06/11/2020