Guillaume Le Testu, Cosmographie universelle, 1556. Page de titre. (Bibliothèque Vincennes)

D1z 14-RES

Cosmographie universelle selon les navigateurs, tant anciens que modernes… par Guillaume Le Testu

 

D’une qualité de réalisation exceptionnelle, ce manuscrit n’est pourtant pas l’œuvre d’un artiste à proprement parler, mais d’un navigateur du XVIe siècle, Guillaume Le Testu, « pilote en la mer du Ponant ». Ce marin havrais a réuni en un volume alternant cartes et commentaires les connaissances qu’il a acquises au cours de ses nombreuses navigations, et les mêlent à celles de son époque.

Ainsi, données géographiques mais aussi mythologiques, historiques et religieuses se superposent dans une « cosmographie » réalisée sous la protection de Coligny, dont l’aigle est récurrent au fil des pages. L’Europe ou la côte ouest de l’Afrique, aisément reconnaissables, laissent la place à des représentations beaucoup moins précises, voire hasardeuses, des autres continents. Parmi eux, la « grande Jave » est présenté comme un continent supposé, mais dont la preuve de l’existence n’a pas été rapportée.

Deux siècles avant James CooK, Guillaume Le Testu avait l’intuition de l’Australie…

Mais le plus fascinant dans l’ouvrage est son bestiaire fantastique, où griffons, licornes et monstres marins rivalisent. De l’image du monde que l’on a à celle que l’on s’en fait, les univers se démultiplient.

Par son manuscrit, Guillaume Le Testu nous entraîne dans le sien, où l’imaginaire répond aux croyances et à la connaissance.

Imprimer la page

Dernière modification le 26/03/2020

Partager: Share