Navires et guerre sur mer sous le règne de Louis XIV

Dessins représentant toutes les phases de la construction d’un vaisseau, depuis sa mise en chantier jusqu’à son lancement et son arrimage dit Album Colbert, 50 planches manuscrites, [s.l.], [s.n.], XVIIe siècle. SHD/DBIB/SH 140

Secrétaire d’Etat à la Marine de 1683 à 1690, Jean-Baptiste Colbert (1651-1690) poursuivit la politique initiée par son père, le grand Colbert, et prôna un renouvellement des constructions navales. Cette politique de modernisation maritime aboutira à l’édification d’une puissante flotte de près de 200 bateaux, capable de rivaliser avec les deux grandes marines, anglaise et hollandaise, de l’époque.

Agrandir l'image

HOSTE Paul (S. J.), Traité des évolutions navales, composé sur les mémoires de Monsieur le comte de Tourville, vice-amiral de France, [s.l.], [s.n.], manuscrit, 1691. SHD/DBIB/ SH 115

L’émergence d’une artillerie lourde conduisit, au XVIIe siècle, à une nouvelle conception architecturale des navires et modifia la tactique navale. En effet, l’installation latérale des canons en bronze imposa le combat en ligne de file. Cette disposition permettait de concentrer les tirs dans une direction donnée, sans risquer d’atteindre un vaisseau ami. Théorisé par un jésuite, le Père Hoste dans son Art des Armées navales ou traité des évolutions, qui contient des règles utiles aux officiers généraux, et particulières d'une armée navale (1697), ce duel d’artillerie obéissait à un protocole précis.

Face à face, les flottes ennemies formaient deux lignes parallèles avec des bâtiments se suivant à distance régulière de 150 à 300 mètres. Les navires étaient alors regroupés en trois corps ou escadres. Elles évoluaient grâce aux ordres transmis par des signaux hissés dans la mâture. L’essentiel du combat se résumait alors à une violente canonnade. On cherchait « à démâter » l’adversaire en projetant sur les mâtures des boulets ramés, ou à décimer son équipage en optant pour un tir « de plein bois » visant la coque du navire adverse. Le XVIIe siècle marque également le début de l’utilisation des mortiers, lorsque fut mis au point la galiote à bombes, un navire suffisamment stable pour lancer des engins explosifs suivant une trajectoire courbe.

 

Agrandir l'image

Dernière modification le 13/11/2020
Partager: Share