Conditions d’accès

Archives privées

Le fonds de l’ANCVR est librement communicable, dans le respect du Code du Patrimoine.

Description physique

15 ml, 131 cartons

Classement

DE/2009/PA/128/211: cote vacante.

Export PDF de l'IR

Inventarios

Fonds « Association nationale des combattants volontaires de la résistance »

Fechas

1945-2010
Provenance
Association nationale des combattants volontaires de la résistance
Organisme responsable de l'accès
Vincennes
Évaluation

Après traitement archivistique, le fonds - composé de 131 cartons - représente 15 mètres linéaires, versés en 2009 et 2010; les éliminations, concernant essentiellement des doubles et des dossiers «hébergement et restauration pendant les congrès nationaux», représentent 1,7 ml. Par ailleurs, une collection de la revue de l’ANCVR Résistance France a été versée à la Division bibliothèque du SHD.

Biographie et histoire

Le 14 mai 1945 est créée l'ANOSOR (Association nationale des anciens officiers ou sous-officiers de la Résistance), sous l'égide du commandant Masset-Dufresne, président fondateur. L'association s'installe à l'hôtel national des Invalides et comporte des sections départementales. Le but de l'ANOSOR est de regrouper les anciens combattants volontaires de la Résistance afin de faire respecter leurs droits, de défendre leurs intérêts, maintenir entre eux les liens qui les ont unis. Elle entend en outre faire respecter les lieux de mémoire de la résistance française et soutenir moralement et matériellement les combattants volontaires de la Résistance et leurs familles, victimes des séquelles de l'occupation allemande. Par ailleurs, l'ANOSOR stipule dans ses statuts qu'elle ne poursuit aucun but politique, religieux ou philosophique.

Dès 1946, le commandant Masset-Dufresne se retire au profit du vice-président René Menuet. En 1947, le colonel René Van Hecke est élu président. En 1953, sous la présidence du colonel Pierre Avia, l'ANOSOR change de dénomination et se mue en ANCVR (Association nationale des combattants volontaires de la Résistance). De façon symbolique, le général Koenig est porté à la présidence d'Honneur de l'association. De 1954 à 1967, elle est présidée par Eugène Vandermeersch; après son décès en 1967, Raymond Triboulet lui succède. Gaulliste fervent, il sera ministre des Anciens combattants et concevra le Mémorial du Mont Valérien. De 1990 à 2000, l'ANCVR est dirigée par le colonel Gérard Dupont. Il cède ses fonctions à Philippe Boiry qui les exerce jusqu'en 2010, année de dissolution de l'ANCVR.

Última modificación el 02/10/2020