Conditions d’accès

Librement communicable

Conditions d'utilisation

Librement reproductible

Description physique

0.66 ml
Export PDF de l'IR

Inventory

Fonds maréchal Antoine d'André.

Dates

1823-1853

Présentation du contenu

Antoine Jean-Marie d'André est né le 20 janvier 1789 à Aix. Son père est le baron d'André, ancien député de la noblesse aux états généraux. Émigré en Autriche avec sa famille durant la Révolution, il entre comme cadet dans la cavalerie autrichienne en 1800, après avoir fait sa scolarité à l'école militaire de Vienne. Antoine d'André accède au rang de lieutenant dans le régiment de chevau-légers de l'empereur d'Autriche. En 1809, Napoléon autorise par décret les officiers nés français, servant à l'étranger, à réintégrer les armées françaises. Le lieutenant d'André rentre en France, incorporé dans le 28e régiment de chasseurs. Il participe aux campagnes d'Espagne en 1810, de Russie en 1811 et 1812 et d'Hambourg en 1813 et 1814. En 1814, il atteint le grade de capitaine dans la vieille garde. Toutefois, en raison de réductions d'effectifs, il passe chef d'escadron de la gendarmerie de Paris.

Le 20 mai 1815, Antoine d'André est chargé d'une mission pour le roi Louis XVIII et suit ce dernier à Gand lors des Cent-Jours. Au retour des Bourbons, il reprend son poste à la gendarmerie qu'il contribue à réorganiser et réprime les troubles à Paris. Lors de la campagne d'Espagne, il est chargé d'organiser la force publique et est nommé grand prévôt de l'armée. A son retour d'Espagne, le colonel d'André se voit confier le commandement de la 23e légion de gendarmerie à Metz. Par la suite, il est nommé colonel de la gendarmerie des chasses, corps constituant une sorte de garde prétorienne du roi qui assure la fuite du roi vers Cherbourg en juillet 1830. A Valognes, Charles X exprime sa reconnaissance au colonel d'André en le nommant maréchal de camp. Ce grade lui restera acquis après l'arrivée au pouvoir de Louis Philippe. Toutefois, la gendarmerie d'élite est dissoute. Le maréchal de camp d'André se retire dans les Ardennes. En 1837, il est rappelé sous les drapeaux et nommé inspecteur de gendarmerie à la place du lieutenant général de Latour-Maubourg tombé malade.

Par la suite, le maréchal de camp d'André participe à une commission chargée de la réorganisation de la garde municipale. Il achève sa carrière comme commandant du département du Jura et décède en 1860.

Le fonds est composé essentiellement de correspondance, de notes et de rapports.

Provenance
d'André Antoine Jean-Marie; anonyme

Last modification on 19/11/2019