Conditions d’accès

Archives privées
Export PDF de l'IR

Inventaire

Histoire Orale, Inventaire des témoignages, Tome V

Dates

1893-9 mars 1993

Présentation du contenu

Au moment où sort ce 5e recueil d'entretiens, nous fêtons les 30 ans de la section Histoire orale du Service historique de l'armée de l'air.

En effet, c'est en 1974 que le général Charles Christienne, alors chef du SHAA, a l'idée de créer une section d'histoire orale à une époque où cette méthode est encore peu répandue en France : « Lorsque je suis arrivé dans ce service, j'ai remarqué que de nombreuses archives écrites manquaient, à cause en particulier des destructions de la Seconde Guerre mondiale. Je me suis par ailleurs rendu compte qu'étant donné le jeune âge de notre aviation militaire, de nombreuses personnes l'ayant servie dans ses débuts étaient encore en vie, il était intéressant d'aller les voir » disait-il, interrogé sur le sujet quelques années après dans Air Actualités (octobre 1978).

Il fut donc vraiment un précurseur en la matière, bravant les réticences des historiens bien pensants, et voyant là un moyen formidable d'écrire l'histoire de l'aviation militaire en donnant la parole aux acteurs privilégiés, ministres, chefs d'état-major, généraux, mais aussi aux simples combattants, aux sans grades, à ceux que l'on appelle les « oubliés de l'histoire ». C'est ainsi que le SHAA possède l'un des fonds les plus importants en France concernant les débuts de l'aviation et la guerre de 1914-1918 (plus d'une centaine de témoins).

Continuant dans cette voie, ses successeurs se sont efforcés d'élargir le champ d'action de l'histoire orale, en interrogeant les témoins thématiquement : en 1981 sont interrogés des aérostiers des deux guerres, en 1981-82, les Français libres donnent lieu à une campagne longue et fructueuse (plus de 250 témoins), les femmes dans l'armée de l'air en 1984, puis l'affaire de Suez en 1985, les parachutistes SAS en 1986, le Pont aérien de Berlin en 1995 pour ne citer que ceux-là.

En 1991, le général Lucien Robineau, chef du Service, décide, en accord avec le chef d'état major de l'armée de l'air, de s'intéresser à des événements plus récents. Ainsi, pendant quinze jours, une équipe constituée d'un membre de la section « histoire orale » et de deux techniciens chargés de filmer, part sur le terrain interroger le personnel engagé dans la guerre du Golfe. Une quarantaine d'entretiens réalisés en Arabie Saoudite, à Riyad et Al Ahsa, sont recensés dans ce 5e tome ; elles ne sont malheureusement pas consultables jusqu'en 2021. Comme le souligne Florence Descamps dans son livre « L'historien, l'archiviste et le magnétophone », le SHAA est une fois encore le premier à avoir expérimenté la réalisation d'archives orales contemporaines « à chaud en temps réel ».

Forte du succès de cette première expérience, le SHAA récidive en donnant la parole, en 1996, à une quarantaine d'appelés du contingent dans le cadre de la future suppression du service national, et en 2000, à l'initiative du général Hugues Silvestre de Sacy, en lançant une campagne d'entretiens d'une soixantaine de personnes ayant participé au conflit du Kosovo. Ajoutons aussi que depuis 1991 la section audiovisuelle a filmé plus d'une centaine d'interviews.

Ce 5e tome comprend 121 personnes interviewées : il reste donc environ 300 témoignages qui bien qu'inventoriés ne sont pas publiés ; le 6e tome est en cours d'élaboration. Le rythme des entretiens a donc été ralenti afin de pouvoir combler ce retard. À coté de ces cinq inventaires, que l'on peut qualifier de traditionnels, le SHAA a publié en 2000 un inventaire macrothématique qui permet d'avoir accès à la totalité du fonds des archives orales par grands thèmes et par catégories de personnels.

Depuis septembre 1974, date du premier entretien, 967 personnes ont été interrogées, ce qui représente plus de 2 000 heures d'écoute : le SHAA peut s'enorgueillir de posséder l'un des fonds les plus riches et les plus consultés en France.

Le bilan de ces 30 années d'activité présente un service qui cherche sans cesse à innover, à diversifier ses activités en mettant ses archives à la disposition des chercheurs mais aussi des musées, des associations et très récemment en ligne sur le site Internet de la Défense.

Le général de division aérienne

Roland Le Bourdonnec

Chef du Service historique de l'armée de l'air

SIGLES

AA : Armée de l'air

AEF : Afrique équatoriale française

AFN : Afrique française du nord

ANORA : Association nationale des officiers de réserve de l'air

AOF : Afrique occidentale française

BA : Base aérienne

BPM : Bureau programmes matériels

BOMIS : Bureau organisation méthode informatique et statistique

CA : Corps aérien ou corps d'armée de l'Air

CAFDA : Commandement air des forces de défense aérienne

CAFI : Composante air des forces d'intervention

CATAC : Commandement aérien tactique

CEA : Centre à l'énérgie atomique

CEAM : Centre d'expériences aériennes militaires

CED : Communauté européenne de défense

CEM : Chef d'état-major

CEMPPR : Chef d'état major particulier du Président de la république

CESA : Cours d'enseignement supérieur aérien

CEV : Centre d'essais en vol

CEVSV : Centre d'essais en vol sans visibilité

CHEM : Centre des hautes études militaires

CIB : Centre d'instruction du bombardement

CIC : Centre d'instruction de la chasse

CIET : Centre d'instruction des équipages de transport

COFAS : Commandement des forces aériennes stratégiques

COMAIR : Commandant des éléments air

COTAM : Commandement opérationnel du transport aérien

CSA : Conseil Supérieur de l'Air

CSI : Cours supérieur interarmées

CTIAA : Centre de traitement des informations de l'AA

DA : Défense aérienne

DAMS : Dépôt atelier de munitions spéciales

DAT : Défense aérienne du territoire

DCA : Défense contre avions

DCA : Direction centrale de l'aéronautique

DCMAA : Direction centrale du matériel de l'armée de l'air

DGA : Délégué général à l'armement

EALA : Escadron d'aviation légère d'appui

ELA : Escadrille de liaison aérienne

EM : État-major

EMAA : État-major de l'armée de l'air

EMGAA : État-major général de l'armée de l'air

EOR : Élève officier de réserve

ESGA : École supérieure de guerre

ESGI : École supérieure de guerre interarmées

FAFL : Forces aériennes françaises libres

FAS : Force aérienne stratégique

FATAC : Forces aériennes tactiques

FLN : Front de libération national

GAEL : Groupe aérien d'entraînement et de liaison

GAO : Groupe aérien d'observation

GAR : Groupe aérien régional

GB : Groupe de bombardement

GC : Groupe de chasse

GCMA : Groupe de commandos mobiles autochtones

GIFAS : Groupement des industries françaises aéronautiques et spaciales

GLAM : Groupement des liaisons aériennes ministérielles

GMMTA : Groupement des moyens militaires de transport aérien

GOM : Groupement Outre-mer

GR : Groupe de reconnaissance

GT : Groupe de transport

IGAA : Inspecteur général de l'AA

IHEDN : Institut des hautes études de défense nationale

IPSA : Infirmière pilote secouriste de l'air

OGA : Officier de guidage des avions

ORSA : Officier de réserve en situation d'activité

OTAN : Organisation du traité de l'Atlantique nord

OTU : Operational training unit

PC : Poste de commandement

PGA : Poste de guidage avancé

PSV : Pilotage sans visibilité

RA : Région aérienne

SDECE : Service de documentation extérieure et de contreespionnage

SGDN : Secrétaire général de la défense nationale

SHAPE : Supreme headquaters of allied powers in Europe

SIRPA : Service d'informations et de relations publiques des armées

STO : Service du travail obligatoire

VSV : Vol sans visibilité

Provenance
Service historique de l'Armée de l'Air
Organisme responsable de l'accès
Vincennes

Dernière modification le 17/12/2020

Format Physique