Conditions d’accès

Archives privées

Ce fonds est librement communicable.

Conditions d'utilisation

Ce fonds est reproductible sur autorisation.

Description physique

Ce fonds représente environ
Export PDF de l'IR

Inventaire

Fonds Jean Lartéguy

Dates

1920-1995

Présentation du contenu

Le fonds "Jean Lartéguy" permet aux chercheurs de revivre la complexité de la Guerre froide et l’histoire de notre pays depuis la Seconde Guerre mondiale. Il comprend de nombreux dossiers documentaires sur de grands thèmes d’actualité, dont la richesse témoigne de l’exhaustivité des informations qu’il recueille. Les carnets manuscrits de Jean Lartéguy constituent un autre aspect remarquable de ce fonds : il consignait en effet dans ces carnets de grand reporter tous les événements dont il était le témoin. C’est ainsi que l’on peut revivre heure par heure le voyage en Algérie du général De Gaulle en juin 1958, au lendemain de son investiture. Ce fonds comprend également de nombreux manuscrits et tapuscrits de Jean Lartéguy ou reçus pour lecture.

Organisme responsable de l'accès
Vincennes
Biographie et histoire

Jean Lartéguy, de son vrai nom Jean Osty, est né le 5 septembre 1920. Passionné d'Histoire, il étudie cette discipline à l'université de Toulouse. Après sa licence, il devient secrétaire de l'historien Joseph Calmette. La Seconde Guerre mondiale éclate ; il s'engage dès le mois d'octobre 1939, et rejoint en qualité de 2e classe le 155e dépôt d'infanterie. Elève aspirant de réserve en mai 1940, il est breveté chef de section deux mois plus tard. Il choisit de rejoindre la France libre. Interné par deux fois en Espagne, mais déterminé à poursuivre le combat, il s'évade et arrive à Casablanca en septembre 1943. Affecté au 4e régiment de tirailleurs sénégalais puis dirigé vers l'école d'aspirants de Cherchell, il est nommé aspirant de réserve le 28 mars 1944. Affecté au corps léger d'intervention dès le lendemain, il demande à intégrer les Commandos d'Afrique le 15 juillet 1944. À partir de cette date, Jean Lartéguy participe à toutes les opérations de ce corps comme chef, dans la section déminage et explosifs. La guerre terminée, il est démobilisé en septembre 1945, reçoit le titre d'interné résistant puis est promu sous-lieutenant en décembre 1945 et lieutenant de réserve quatre ans plus tard.

En 1951, il est admis à servir en situation d'activité le 12 juin, parmi les cadres du bataillon français de l'ONU en Corée. Blessé au cours de la bataille de Crèvecœur, il est démobilisé le 8 mai 1952. Capitaine de réserve le 28 mars 1956, il est cité deux fois à l'ordre de la Brigade et une fois à l'ordre du Corps d'armée durant sa carrière. Il est décoré de la Croix de guerre 1939-1945, de la Croix de guerre des théâtres d'opérations extérieures, de la Croix de combattant volontaire 1939-1945 et de la Croix de combattant volontaire « Corée ». Il a également été élevé au rang de chevalier de la Légion d'honneur en 1956.

Jean Lartéguy est aussi un grand reporter qui a marqué l'histoire du journalisme. Correspondant de guerre depuis 1946, il reçoit le prix Albert Londres en 1955, alors qu'il travaille pour Paris-Presse. Son œuvre comporte également des romans et des essais inspirés de ses discussions avec les populations locales durant la décolonisation et en Amérique Latine, au cours des guérillas. Les âmes errantes (1956), Les mercenaires (1963), Les centurions (1963), Les prétoriens (1964), Les naufragés du soleil (1978-1982), constituent autant de titres connus de tous.

Dernière modification le 25/07/2022