Ministère de la défense

Le SHD à Vincennes

 

Résidence royale édifiée au Moyen Âge, le château de Vincennes trouve une vocation militaire au 18ème siècle. Il relève toujours aujourd’hui du domaine du ministère de la défense, qui y a progressivement transféré ses archives à partir de 1948.

 

Le château de Vincennes, siège du service historique de la défense


Vue du château de Vincennes depuis la porte du BoisLe château de Vincennes est tout à la fois le siège de la direction du service historique de la défense et sa principale implantation.

Le service historique de la défense à Vincennes collecte, conserve et communique au public l’essentiel des archives produites par le ministère de la défense et les états-majors (état-major des armées, état-major de l’armée de terre, de la marine, de l’armée de l’air) comme des organismes qui en relèvent, ainsi que celles produites par la gendarmerie nationale.

Aujourd’hui 300 personnes du SHD travaillent sur le site, qui abrite environ 60 km linéaires d’archives et 20 km linéaires d’ouvrages de bibliothèques. Aménagés dans les casemates, dans les pavillons des armes, du harnachement, du roi, et dans celui de la reine, les magasins sont arrivés à saturation depuis quelques années déjà, conduisant les anciens services historiques à investir des installations militaires (fort de l’est, fort de Romainville) situées en périphérie de l’agglomération parisienne.

La livraison, au début de l’année 2010, de magasins d’une capacité de 80 km linéaires situés dans l’enceinte du fort neuf, face au château de Vincennes, permet au SHD d’envisager une répartition plus rationnelle de ses espaces de stockage, de travail, et de consultation. La première étape de ce redéploiement s’est concrétisée au mois de mars 2009, avec l’ouverture au pavillon du roi d’une nouvelle salle de lecture destinée à la consultation des archives, et appelée à prendre progressivement le relai des salles encore existantes.

 

De la résidence royale au centre d’archives



Vue de la cour intérieure du pavillon de la ReineLe château de Vincennes constitue aujourd’hui le plus vaste château et la seule résidence d’un souverain du Moyen Âge qui subsiste en France. Les bâtiments les plus anciens, le donjon et la Sainte Chapelle, datent du 14ème siècle. Le pavillon du roi et le pavillon de la reine, où s’affirme tout particulièrement le style classique, furent édifiés par l’architecte Louis Le Vau sur les ordres de Louis XIV entre 1654 et 1660, dans la perspective de faire de Vincennes la principale résidence du monarque et avant que le roi ne choisisse de s’installer à Versailles.

 

La Révolution, qui vit transférer en 1796 l’arsenal de Paris au château de Vincennes, donna à ce dernier une vocation militaire qui marque un tournant dans l’histoire du monument. Caserne et arsenal principal de Paris sous le Premier Empire, fort de seconde ligne de l’enceinte de la capitale bâtie après 1840, le château devint peu à peu le centre de la politique de défense de la capitale. Le XIXème siècle vit l’édification de bâtiments à usage militaire qui portent encore aujourd’hui le nom de leur affectation d’origine : pavillons des armes, du harnachement, du génie, des officiers, ainsi que les casemates nord-est et nord-ouest. En 1939, le général Gamelin y installe son poste de commandement. Au mois d’août 1944, trois divisions de la Waffen SS en retraite du front de Normandie s’installent dans les lieux. Au moment de la libération de Paris, dans la nuit du 24 au 25 août, elles mettent à feu quatre caisses d’explosifs, incendiant le pavillon du roi et de celui de la reine et détruisant la casemate nord-ouest et une partie du rempart sur lequel elle s’appuyait.

Après la guerre, les armées installent progressivement leurs services d’archives dans l’enceinte du château : le service historique de l’armée de terre s’y installe dès 1948, celui de l’armée de l’air en 1968, celui de la marine en 1974.

 

Un monument vivant, largement ouvert au public


Centre d’archives du ministère de la défense, le château de Vincennes n’en reste pas moins un monument ouvert au public. Le ministère de la défense et le ministère de la culture, affectataire du donjon et de la Sainte Chapelle que gère pour lui le centre des monuments nationaux (CMN), travaillent de concert à sa restauration, à sa gestion et à sa mise en valeur, dans le cadre d’un protocole établi en 2005.

La fête de la musique, les journées européennes du patrimoine et les manifestations ponctuelles organisées par le service historique de la défense ou le centre des monuments nationaux sont autant d’occasions pour ces organismes de collaborer pour le plus grand plaisir du public.

 

Quelques chiffres


 

60 km linéaires d’archives.

20 km linéaires d’ouvrages et documents de bibliothèques.

5000 lecteurs inscrits par an, 14 000 séances de travail.

 

En savoir plus


 

[Horaires, accès et conditions de consultation en salle de lecture->http://www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr/Acces-et-horaires-de-la-salle-de,169.html]

Adresse postale et téléphone

[L’état des fonds d’archives->../contenu/ead.html?id=FRSHD_PUB_00000001_ead]

[Présentation des collections de la bibliothèque->../contenu/ead.html?id=FRSHD_PUB_00000002_ead]

Le SHD à Vincennes en images ([galerie d’images->../?page=walma&id_article=388])

Le château de Vincennes au début du 20ème siècle (galerie de cartes postales)

Retrouvez informations, plans et photographies sur le site [Chemins de mémoire->http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/fr/vincennes-place-militaire], initiative conjointe du ministère de la défense et du ministère du tourisme, le site du centre des monuments nationaux (informations sur les visites et les activités proposées par le CMN), le site Château de Vincennes, mis en oeuvre par la ville de Vincennes avec la collaboration de l’équipe de recherche sur le château de Vincennes et la banlieue Est

Informations sur le patrimoine et la politique culturelle du ministère de la défense

 

Mise à jour : juin 2010.