Jump to Navigation

Nos ressources

 

NOUVEAU : Créé et réalisé par une équipe d'étudiants de master 2 Cultures et Métiers du Web de l'université Paris-Est Marne-la-Vallée, le webdocumentaire "Trésors d'Archives" présente une sélection de 9 objets et documents représentatifs des fonds et collections conservés par le Service historique de la Défense (SHD).

Elaboré en étroite collaboration avec les différentes équipes du SHD, le webdocumentaire apporte un éclairage sur chacun des trésors (son histoire, ses particularités...).

Des vidéos, textes et interviews invitent chaque internaute à découvrir les trésors comme il le souhaite, à son rythme.

Nous espérons que vous prendrez beaucoup de plaisir à feuilleter ce webdocumentaire et qu'il vous donnera envie de nous rencontrer pour des partenariats dans le cadre de leur valorisation ou bien simplement de venir découvrir nos autres trésors sur nos sites en France.

Pour en savoir plus sur le Service historique de la Défense : feuilletez la brochure "le SHD s'expose"

Découvrez l'agenda culturel 2018 du Ministère des Armées.


Fonds d'archives  

Bibliothèque d’histoire militaire   

Etudes historiques   

Symbolique de la défense     

Publications      

 

 

Fonds d’archives

Le SHD est, avec les Archives Nationales et les Archives du ministère des Affaires étrangères, l'un des trois services d'archives de l'Etat. Il contrôle, collecte, classe, conserve, communique au public et valorise les archives produites par le ministère de la défense et les organismes qui en relèvent. Il conserve plus de 450 km linéaires d’archives.

 

Une tradition ancienne de collecte et de conservation

Les fonds publics

Héritiers directs des premiers dépôts de la Guerre et de la Marine au 17e siècle, le service historique de l'armée de terre et celui de la marine naissent en 1919, augmentés bientôt du service historique de l'armée de l'air, créé en 1934, et, plus tardivement, du service historique de la gendarmerie nationale, né en 1995. Créé à Châtellerault en 1970, le centre des archives de l'armement et du personnel a, quant à lui, reçu la charge des archives de la délégation générale pour l'armement ainsi que des dossiers du personnel civil employé par le ministère de la défense. En 2005, ces organismes sont fusionnés au sein du service historique de la défense.

En 1961 avait été fondé à Pau le BCAAM (bureau central des archives administratives militaires), relevant de la Direction du service national, et devenu CAPM en 2012.

 

Un centre d’archives au service du citoyen

En organisant et contrôlant l’archivage au sein du ministère de la défense, le SHD :

- garantit la fiabilité et la conservation des données qui fondent les droits (droits à pension, à décoration, etc.) des personnels militaires ou civils du ministère de la défense, des anciens combattants ou des victimes des conflits contemporains ;

- concourt à la transparence administrative et facilite la réutilisation des données publiques ;

- assure la collecte, la conservation et la consultation des ressources documentaires indispensables à l’histoire collective ou individuelle.

 

Attention : Le service historique de la Défense ne détient pas d’archives prouvant la naturalisation d’un individu.

 

Traitement des archives

Outre la conservation de fonds d’archives aussi riches que volumineux, le SHD est également chargé de la collecte des archives produites par les armées, l'état-major des armées, les grands services du ministère de la défense, la délégation générale pour l'armement (DGA), le secrétariat général pour l'administration (SGA), ainsi que du secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) rattaché au Premier ministre. Il est l’acteur majeur de la modernisation de la fonction archives, pilotée au sein du ministère de la défense par la direction de la mémoire du patrimoine et des archives, pour le compte de laquelle il met en place une politique de gestion de l'archivage (Records Management) et pilote la mise en place de l’archivage électronique, notamment sur les théâtres d’opérations.

 

Les témoignages oraux conservés au SHD

La collection de documents sonores du service historique de la défense comprend 1 600 témoignages (soit près de 6 000 heures d’enregistrement) recueillis par l’institution ou déposés par des chercheurs et dont la consultation, libre ou nécessitant la demande d’une dérogation, fait l’objet d’une convention passée entre le témoin et le ministère de la défense (article L. 213-6 du code du patrimoine).

Les fonds oraux déjà constitués embrassent des thèmes aussi variés que l’histoire et l’évolution de l’armée de l’air, la France libre et la Résistance, la guerre d’Indochine, la guerre d’Algérie, le 13 Mai 1958, le putsch d’Alger, la constitution des forces stratégiques et les opérations extérieures.

 

Les documents figurés

Héritier des dépôts fondés sous Louis XIV afin de conserver les archives des secrétariats d’Etat de la guerre et de la marine, le service historique de la défense a, dès l’origine, compté des documents figurés dans ses collections puis s'est employé à les enrichir.

Plans signés de Vauban, dessins, aquarelles ou peintures à l'huile des ingénieurs géographes du dépôt de la guerre dont certains se spécialisent dans la représentation de batailles, estampes illustrant les livres anciens des collections des bibliothèques, dessins représentant les plantes ou les "naturels" rencontrés au cours des voyages d'exploration, photographies et plans de bateaux de guerre, archives photographiques du journaliste Victor Forbin que son métier entraîna aux quatre coins du globe de 1900 à 1930...

Tous les types d’images sont représentés et se comptent par dizaines, voire centaines de milliers : cartes, plans, dessins, gravures, peintures, estampes, mais également plaques de verre, films et tirages photographiques, cartes postales, etc.

 

________________________________________

 

• Bibliothèque d’histoire militaire

 

La bibliothèque du SHD est aujourd’hui l’un des acteurs majeurs de l’histoire militaire en France. L’ancienneté et l’ampleur de ses collections en font la plus importante d’Europe en ce qui concerne sa spécialité. En effet, ses origines remontent au 17e siècle, avec la création du Dépôt de la Guerre par Louvois. Elle résulte de l'agrégation progressive de fonds d'origines diverses (ministères de la Guerre et de la Marine, fonds documentaires constitués par les services historiques des armées de Terre, de la Marine, de l’Air et de la Gendarmerie), réunis au sein d'une même structure en 2005. Ses collections, sans cesse enrichies et réparties sur plusieurs sites, comptent aujourd’hui près d’un million de documents, dont 800 000 à Vincennes (les sites de Brest, Cherbourg, Lorient, Rochefort et Toulon conservent des collections à forte dominante maritime, celui de Châtellerault en lien avec l’histoire de l’armement).

 

Riche de manuscrits (le plus ancien remontant au 12e siècle), livres, journaux et revues, cartes et atlas, elle offre un ensemble documentaire de premier ordre sur tous les aspects de l’histoire militaire et maritime, bien au-delà de la simple « histoire-bataille ». Car si les conflits font pleinement partie du champ thématique embrassé, ils ne sauraient occulter de nombreux autres domaines, de profondeurs et temporalités différentes, dessinant un paysage historico-documentaire riche et complexe. L’ « art militaire » du XVIIIe siècle, la polémologie, l’histoire de la stratégie et de la tactique constituent un premier domaine. L’étude des organisations, par armes et par services, les historiques d’unités; mais aussi la symbologie et l’uniformologie, l’armement et l’équipement, ou encore la poliorcétique montrent l’étendue de disciplines comprenant elles-mêmes d’importants sous-ensembles, couvrant toutes les époques, de l’Antiquité à nos jours.

En outre, la bibliothèque est riche de documents peu courants, tels que des annuaires du personnel militaire remontant parfois au 18e siècle, des souvenirs et mémoires militaires publiés à compte d’auteur, la presse du monde combattant, etc.

________________________________________

 

 

Etudes historiques

 Indissociable de la gestion des fonds d'archives, la recherche historique conduite au sein du SHD a pour objet de contribuer à l'histoire de la défense nationale française, dans ses différentes composantes : guerres mondiales, guerres coloniales, opérations extérieures, relations internationales, dissuasion nucléaire, renseignement, maintien de l'ordre, structures politico-administratives...

Cette recherche se décline essentiellement dans deux domaines :

- l’aide au commandement, par le biais d'études conduites à la demande du ministre de la défense, des états-majors, des directions et services, et par des cours donnés dans les écoles militaires (collège interarmées de défense, écoles de Coëtquidan, centre d'études supérieures de la marine, école des officiers de la gendarmerie nationale, etc.) ;

- la recherche scientifique, par le biais de publications, de conférences, de communications lors de colloques... En lien avec les institutions analogues à l'étranger et avec d'autres pôles scientifiques appartenant au monde de la culture et au monde académique, le SHD participe au soutien et au développement de la recherche en histoire de la défense. Il contribue également à l'orientation des jeunes chercheurs.

La recherche historique se fonde prioritairement sur l'exploitation des fonds et collections conservés par le SHD. Elle s'inscrit dans le cadre plus large de la politique scientifique du service historique, à laquelle concourent à la fois les chargés d'études, les archivistes, les bibliothécaires et les spécialistes de la symbolique militaire.

 

________________________________________

 

Symbolique de la défense

En matière de symbolique militaire, le rôle joué par le SHD est double. Il instruit les demandes d’homologation d’insignes formulées par les unités et constitue, conserve et valorise une collection de référence d’insignes constituée par le dépôt légal, de tapes de bouche, de fanions et d'autres objets de tradition. Il conserve également les emblèmes des régiments dissous.

• L’homologation des insignes

L’insigne fait partie de la vie quotidienne des corps. Il constitue l’élément de symbolique militaire le plus répandu, qui légitime et identifie les membres d’un groupe (une unité, une promotion d’élèves des écoles militaires, une spécialité). Apparu pendant la Première Guerre mondiale, il doit, depuis 1945, faire l’objet d’une homologation dont l’instruction est aujourd’hui assurée par le service historique de la défense. L'examen des projets répond à des normes et des critères définis par des textes réglementaires appliqués par la division de la symbolique qui veille à l'application des règles héraldiques ainsi qu’à la concordance du symbolisme avec l'historique et la mission des unités, et fait ainsi vivre ce patrimoine.

• Constituer le recueil général des insignes

Le recueil général des insignes a été constitué sur ordre du ministre depuis 1945. Il se compose du dépôt légal des insignes nouvellement créés (deux exemplaires puis trois), des dons des particuliers puis des achats effectués par le service historique. Ces acquisitions ont pour objectifs de faire entrer dans cette collection documentaire unique les insignes créés sans avoir été homologués, notamment avant 1940.

 

________________________________________

 

Publications

Le Service historique de la Défense publie, seul ou en coédition des ouvrages qui contribuent à la valorisation de ses archives et à la diffusion des connaissances en histoire militaire. Il est l’éditeur de la Revue historique des armées, revue trimestrielle qui offre au chercheur comme au passionné des articles et des dossiers thématiques couvrant tous les domaines de l’histoire militaire, de l’Ancien Régime aux guerres de décolonisation.

Contact : Shd-vincennes-diffusion.chef.fct@intradef.gouv.fr

 

 • Cinq collections d’ouvrages

- Archives de la Défense, destinée à la publication des instruments de recherche et des guides de sources ;

- Études, destinée à la publication d’études historiques, d’actes de colloques ou de journées d’études ;

- Références, destinée à la publication des dictionnaires, des ouvrages de références en histoire administrative et des éditions de textes ;

- Cahiers d’histoire militaire appliquée, destinée à la publication de brefs documents de synthèse, visant à relier des épisodes de l’histoire aux problématiques militaires contemporaines.

- Portfolio, pour découvrir les trésors d’archives (manuscrits, photographies, estampes) conservés par le SHD.

 

 La RHA Revue historique des armées

Revue trimestrielle à caractère scientifique, la Revue historique des armées est la revue d’histoire du ministère de la défense, ainsi que le vecteur de communication du SHD. Fondée en 1945, elle a été couronnée en 1954 par l’Académie française et, en 1981, par l’Académie des sciences morales et politiques. Elle paraît au rythme de quatre numéros par an, chaque numéro comptant 144 pages.

Richement illustrée grâce, notamment, aux collections iconographiques du SHD, la Revue historique des armées publie des articles variés, un dossier thématique, de courtes synthèses portant sur la symbolique militaire française, des informations relatives aux fonds d’archives conservés par le service, diverses chroniques bibliographiques, des comptes rendus de travaux universitaires, de colloques ou de tout autre manifestation intéressant l’histoire militaire.

 

Tags:


Main menu 2

Article | by Dr. Radut