Jump to Navigation

Journée des doctorants à Vincennes

 

Journée d’étude des doctorants du Service historique de la Défense, le 25 septembre, à Vincennes

 

 

Affiche-JE-SHD-25092018.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

    

 "Armées, sciences et techniques.

Recherches historiques sur une relation complexe dans les mondes modernes et contemporains"
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’étude des relations entretenues par les Armées avec les sciences et les techniques n’est pas nouvelle en sciences humaines et sociales. Des travaux de qualité ont déjà pu mesurer le rôle des innovations technologiques et stratégiques dans la transformation des conflits comme l’influence de la recherche militaire sur la recherche civile : de l’utilisation de la poudre à canon sur les champs de bataille (1) à la redéfinition du métier de physicien après 1945 (2), en passant par les progrès de la fortification (3) et de la médecine – dans une histoire longue s’étalant d’Ambroise Paré (4) à Alphonse Laveran ou Albert Calmet, et traitant aussi bien de la prise en charge des blessures par balle que de la naissance de la chirurgie maxillo-faciale (5) –, il a été démontré que guerres, sciences et techniques ont souvent été intimement liées dans leurs développements respectifs.

 

L’apport des outils critiques issus de multiples disciplines (archéologie, économie, anthropologie, sociologie, démographie, sciences politiques, etc.) a conduit à interroger la pertinence des catégories et des cadres d’analyse pour mettre l’accent, par exemple, sur la construction sociale des armes (6) et sur la continuité des pratiques dans le temps et dans l’espace (7). Les révolutions militaires de l’époque moderne ont notamment été réinscrites dans des espaces géographiques (mise en place du marquage physique et de la surveillance des frontières (8)), sociaux (apparition d’armées permanentes, de corps ingénieurs (9)), ou encore politiques (circulation des progrès techniques (10)). En France, on a attiré l’attention sur la place capitale de l’État dans la création de politiques publiques d’application des sciences à la guerre après la Révolution française (11). On a également souligné l’importance des contextes internationaux dans la réorganisation scientifique et technique des Armées à partir de la fin des années cinquante (12), les difficultés liées à la coopération industrielle et militaire (13) ou encore les effets des représentations sociales dans les choix de matériel opérés par la Défense (14).

 

Ce champ doté de terrains, méthodes et théories féconds est néanmoins encore trop peu exploité et beaucoup reste à faire pour cerner toute la spécificité des cas français et étrangers, ainsi que des interactions entre eux. Cette journée d’étude vise à apporter sa pierre à l’édifice : au travers de recherches récentes portant sur les rapports entre les Armées, les sciences et les techniques à l’époque contemporaine, organisateurs et intervenants invitent ici à appréhender structures et faits militaires sous un angle historique enrichissant.

 

(1) Max Boot, War Made New : Technology, Warfare and the Course of History, 1500 to Today, Gotham Books, 2006.

(2) Dominique Pestre, « La redéfinition des métiers du physicien après la Seconde Guerre mondiale, une mise en perspective historique », in Didaskalia, supplément au n°3, 1994, p. 57-65.

(3) Stéphane Blond, Liliane Hilaire-Pérez et Michèle Virol (dir.), Mobilités d'ingénieurs en Europe, XVe-XVIIIe siècle , Rennes, PUR, 2017.

(4) Paule Dumaître, Ambroise Paré, chirurgien de quatre rois de France, Paris, Perrin, 1986.

(5) François-Xavier Long, « Les blessés de la face durant la Grande Guerre : les origines de la chirurgie maxillo-faciale », in Histoire des sciences médicales, Paris, Société Française d’Histoire de la Médecine, tome XXXVI, n°2, 2002, p. 175-183.

(6) Donald MacKenzie, « Ordinateurs et missiles de croisière. La sociologie des techniques contemporaines », in Bruno Latour et Pierre Lemonnier, De la préhistoire aux missiles de croisière, Paris, La découverte, 1994, p. 105-131.

(7) Anne Rasmussen, « Sciences et guerres », in Christophe Bonneuil et Dominique Pestre (éd.), Histoire des sciences et des savoirs. Tome 3. Le siècle des technosciences, Paris, Seuil, 2015, p. 47-65.

(8) Daniel Nordman, Frontières de France. De l'espace au territoire, xvie-xixe siècles, Paris, Gallimard, 1998.

(9) Anne Blanchard, Les ingénieurs du roy de Louis XIV à Louis XVI, Montpellier, 1979.

(10) Geoffrey Parker, The Military Revolution. Military Innovation and the Rise of the West. 1500-1800, Cambridge, Cambridge University Press, 1988, 1996 (2e éd.).

(11) Patrice Bret, L’État, l’armée, la science. L’invention de la recherche publique en France (1763-1830), Presses universitaires de Rennes, 2002.

(12) Maurice Vaïsse, Armement et Ve République, Fin des années 1950-fin des années 1960, Paris, CNRS, 2002.

(13) Yohan Droit, L’avion de combat Rafale : de la matrice européenne à « l’avion mondial » ? : Histoire d’un programme d’armement majeur, des années 1970 à nos jours, thèse de doctorat soutenue à Paris IV, 2014.

(14) Sophie Lefeez, L’illusion technologique dans la pensée militaire, Paris, Nuvis, 2017.

 

Comité d’organisation :

Nicolas Simoncini (Université technologique de Belfort-Montbéliard)

Julien Wilmart (Sorbonne Université et Saint-Louis de Bruxelles)

 

Responsable scientifique :

Hervé Drévillon (Paris 1 – Panthéon-Sorbonne et Service historique de la Défense)

 

Informations pratiques :

Date : mardi 25 septembre 2018, accueil dès 9h.

Lieu : Château de Vincennes (Pavillon du Roi, Salle des Cartes).

Inscription préalable obligatoire auprès de Julien Wilmart :  julien.wilmart@gmail.com

 

Programme de la journée :

Version PDF

 

Programme-Journée-études-250918-def-planches.jpg

 

 

 

 

 
Tags:


Main menu 2

Article | by Dr. Radut